Croix-rouge Révision de la convention collective

Posté par Laurent le 27 août 2013

Article mis à jour le 13/05/2016

******************************************************************************************************************************

Associatif sanitaire –Info officielle + tract – CRF

CRF – Les négociations salariales ont abouti à une mesure en direction des bas salaires.

En effet, la CFDT est signataire de l’avenant de revalorisation du salaire minimum conventionnel, dont l’effet est rétroactif au 1er janvier 2016.

Le montant de ce salaire minimum est supérieur de 9,10 € brut par rapport au SMIC.

Cette mesure, qui concerne les 3500 salariés les plus précaires, consomme la totalité de l’enveloppe disponible.

Vous trouverez en pièce-jointe l’avenant, ainsi qu’un tract, à diffuser largement auprès des salariés.

fichier pdf avenant_crf_salaire_minimum_1er_janvier_2016_160504A

fichier pdf tract_smc_crf_160509A

******************************************************************************************************************************

CRF : Commission paritaire nationale du 19 avril 2016

Le compte-rendu CFDT de la commission paritaire nationale Croix Rouge Française du 19 avril 2016. A l’ordre du jour de cette CPN : l’accord frais de santé et les négociations salariales.

fichier pdf cr_crf_cpn_19avril2016_160425A

******************************************************************************************************************************

CRF : négociations relative à l’organisation des élections du 21 avril 2016

Le compte-rendu CFDT de la réunion de négociations Croix Rouge française du 21 avril 2016. Les partenaires sociaux ont notamment abordé : le cadre juridique des « discussions préélectorales », le périmètre et le nombre des comités d’établissement.

fichier pdf cr_crf_21avril2016_160425A

******************************************************************************************************************************

Le compte-rendu CFDT de la commission paritaire nationale Croix Rouge française du 25 février 2016. L’arrivée du nouveau DRH, est assortie d’un nouveau calendrier social.

fichier pdf crf_cpn_25fev2016_160225A

******************************************************************************************************************************

Croix-rouge française : création d’un salaire minimum

Depuis plusieurs années, la CFDT Santé Sociaux s’opposait à ce que la politique salariale au sein des établissements de la Croix-rouge française (CRF) ne s’exprime qu’au travers du versement aléatoire de primes.

Aujourd’hui, par la signature d’un accord conventionnel, la CFDT Santé Sociaux fait aboutir sa revendication d’instaurer un salaire minimum.

3 400 salariés vont ainsi voir leur salaire augmenter grâce à un dispositif dont l’effet est rétroactif au 1er janvier 2015. 

Désormais durablement ancré dans la convention collective CRF, le montant de ce salaire minimum est, pour l’instant, supérieur de 9 € bruts à celui du SMIC. 

Avec le soutien des salariés, la CFDT Santé Sociaux compte bien le faire encore évoluer positivement au cours des prochaines négociations annuelles obligatoires.

fichier pdf 121415-communique_cfdt_sante_sociaux   

******************************************************************************************************************************

Un salaire minimum conventionnel est rétroactivement créé à la Croix-Rouge française    

Publié le 04/01/16 – 17h50 - HOSPIMEDIA

L’avenant relatif à la création d’un salaire minimum conventionnel à la Croix-Rouge française (CRF) a été agréé par arrêté début décembre. Cet accord daté du 15 octobre dernier a été validé par la direction du groupe mais aussi trois organisations syndicales : la fédération nationale des syndicats des services de santé et services sociaux CFDT, la fédération CFTC santé et sociaux et la fédération de la santé, de la médecine et de l’action sociale CFE-CGC.

Cet accord introduit dans la convention collective de la CRF le principe d’un salaire minimum. Il se caractérise par son caractère rétroactif. Il est ainsi précisé dans le premier article, qu’à compter du 1er janvier 2015, le salaire minimum est fixé à 1 466,52 euros (€) pour un temps de travail à temps plein. Et d’ajouter que sa valeur sera rediscutée chaque année dans le cadre des négociations annuelles obligatoires (NAO). Pour commencer, son montant est légèrement supérieur au salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) fixé en 2015 à 1 457,55 €. Autre précision inscrite dans l’avenant, sont exclus de ce dispositif « les salariés ayant une rémunération fixée par le niveau du Smic (en particulier certains contrats aidés) » ainsi que les emplois non régis par la grille de classification du groupe. À titre d’exemples de salariés n’entrant pas dans le nouveau système, sont cités : les assistants maternels ; les médecins ; les pharmaciens ; les dentistes ; les formateurs occasionnels.

De son côté, dans un communiqué, la CFDT santé sociaux estime que 3 400 salariés vont, grâce à ce nouveau dispositif, voir leur salaire augmenter. Elle y qualifie le salaire minimum de processus « durable« , dans la mesure où il est inscrit dans la convention collective de la CRF. Quant à l’évolution salariale engendrée, ce syndicat signale que pour l’instant elle est supérieure de 9 € brut au Smic et qu’il compte bien demander son augmentation au cours des prochaines NAO.

Avant la Croix-Rouge, la Fehap a également introduit, par avenant du 3 avril 2009, un minimum conventionnel dans sa convention collective nationale ou CCN 51. L’objectif présenté alors par la fédération était « d’apporter une réponse à la problématique des bas salaires et du Smic« .

Lydie Watremetz

*********************************************************************************************************

Les salariés du siège de la Croix-Rouge devraient être indemnisés entre 300 000 et 340 000 euros

La Croix-Rouge française (CRF) et la CFE-CGC ont signé le 30 juin un accord d’établissement relatif à l’indemnisation des infractions relevées par l’inspection du travail au siège en mars dernier (lire
ci-contre). Les inspecteurs en avait alors épinglé plus de 3 800.

Sur les 480 salariés du siège de la CRF, 289 sont concernés par ces futures indemnisations qui devraient atteindre les 340 000 euros (€), indique à Hospimedia, Éric Laurent, délégué CFE-CGC et signataire de l’accord avec Philippe Cafiero, directeur des ressources humaines (DRH) de la CRF. De son côté, dans un mail transmis aux salariés, la direction de la Croix-Rouge estime le coût de cet accord à 300 000 €.

Pour recevoir une compensation financière, les salariés se verront attribuer un certain nombre de point au regard des erreurs commises par leur employeur. Le résultat du calcul des points permettra de déterminer le nombre de jours à attribuer à chacun et à verser sur leur compte épargne temps (CET), stipule l’accord dans son article 6. La formule de calcul retenue consiste à multiplier le nombre de points cumulés par la valeur du point (soit 4,46 €), le tout divisé par le salaire jour. Quatre infractions relevées par l’inspection du travail donnent droit à ces points. Il s’agit du dépassement des 44 heures légales sur une période de 12 semaines (14 points) ; du dépassement des 48 heures hebdomadaires (13 points) ; de la présence de moins de 11 heures de
repos hebdomadaire (12 points) et du dépassement de la durée quotidienne du temps de travail (11 points). À cela s’ajoutent des pourcentages calculés en fonction du nombre d’infractions : soit 10%
de 2 à 20 ; 15% de 21 à 50 ou 20% pour plus de 50.

Si l’indemnisation ainsi calculée est inférieure à une demi-journée de travail, l’accord prévoit que le montant correspondant soit versé directement au salarié sur sa fiche de paie d’octobre 2015. Autre
précision : l’indemnisation se fera ensuite en deux temps, « le ou les jours seront versés sur le CET, pour moitié en octobre 2015 et le reliquat en octobre 2016 afin d’étaler les coûts supportés par la CRF« . 

Quant aux mesures correctives, pour éviter à l’avenir que de telles infractions au Code du travail se reproduisent, elles sont actuellement en cours de négociation, et cela risque de prendre du temps, selon Éric Laurent. La Croix-Rouge a prévenu son personnel, par mail, que les négociations se tiendront jusqu’en septembre pour évoquer l’aménagement du temps de travail ou encore pour définir les urgences et les procédures qui pourraient faire l’objet d’une demande d’autorisation de
dérogation à certaines durées du travail auprès de l’inspection… La CRF signale également que, pour tout ou partie de l’encadrement, un forfait jour sera proposé.

Hospimedia du 7/7/2015

*******************************************************************************************************************************

Le départ du directeur général de la Croix-Rouge française est confirmé

L’omerta autour du départ du directeur général de la Croix-Rouge française (CRF), Stéphane Mantion vient d’être levée. Cette dernière a réservé ses déclarations à l’AFP, reprises mardi 9 juin par plusieurs médias. « Le président de la Croix-Rouge française, le professeur Jean-Jacques Eledjam, et Stéphane Mantion, son directeur général, avaient depuis plusieurs mois des vues divergentes et non réconciliables sur la stratégie de la CRF. Ce qui les a conduits, le mois dernier, à engager une rupture conventionnelle« . Quant au lien entre la rupture conventionnelle de Stéphane Mantion et les conclusions du rapport de l’inspection du travail, rendu fin mars, il n’est pas établi. L’inspection a évoqué de nombreuses infractions à la législation
sur le temps de travail.

Hospimedia du 9/06/2015

Le directeur général de la Croix-Rouge française, Stéphane Mantion serait sur le départ

Un article publié ce samedi par Le Parisien annonce le départ de Stéphane Mantion, directeur général de la Croix-Rouge française (CRF). Ce serait, selon le quotidien, la conséquence directe de la diffusion des conclusions d’un rapport de l’inspection du travail. Le document évoque des dysfonctionnements concernant principalement les heures supplémentaires des salariés du siège de la Croix-Rouge (lire ci-contre). Contactée par Hospimedia, la direction de la CRF déclare « ne faire aucun commentaire« . Elle confirme toutefois qu’une assemblée du personnel est bien prévue. Le Parisien indiquait la date de mardi 9 juin. La direction de la CRF précise également qu’un rendez-vous au ministère du Travail est programmé pour mercredi 10 juin avec le président de la Croix-Rouge française, Jean-Jacques Eledjam.
Quant au sort de Stéphane Mantion, en dehors de l’article du Parisien, il n’y a pour l’instant aucune officialisation de son départ. L’article qui l’annonce se base notamment sur un mail qui a été diffusé vendredi dernier et qui indique qu’ « Anne Burlot-Bourdel, directrice déléguée à la coordination et aux organisations assurera à compter du 6 juin et en raison de l’absence de Stéphane Mantion l’intérim de la direction générale« . Aucune précision n’est par contre donnée pour expliquer les motifs de « cette absence« . Le Parisien ajoute que Stéphane Mantion pourrait laisser la direction générale de la CRF fin juillet pour rejoindre le ministère de la Santé. Ce dernier n’a toutefois pas répondu à notre demande à ce sujet.
Éric Laurent, délégué CFE-CGC — et qui est à l’origine de l’intervention de l’inspection du travail — déclare lui-même « ne pas avoir été informé sur le possible départ de Stéphane Mantion« . Anne Taquet, secrétaire générale de l’union fédérale de la santé privée CGT indique également à Hospimedia qu’elle n’a pas obtenu ce lundi 8 juin de réponse à ses demandes d’explication concernant le sort de Stéphane Mantion. « Il est toutefois en partance« . Elle déclare par ailleurs déplorer les dysfonctionnements d’organisation du travail au sein de la CRF. Les administrateurs doivent se prononcer le 27 juin en assemblée générale sur une révision statutaire qui ne lui semble « pas devoir améliorer la situation actuelle« . Réuni le 3 juin, « le conseil d’administration a refusé que les représentants syndicaux siègent au CA avec voix délibératives« , s’indigne-t-elle. « Dans le contexte actuel cette décision est surprenante« , ajoute-t-elle. 

Quant à Stéphane Mantion, il dirige la Croix-Rouge française depuis le 22 juin 2013. Il a été nommé par Jean-Jacques Eledjam, lorsqu’il est devenu président de l’entreprise. Il y a six mois, Stéphane Mantion a reçu les insignes de chevalier de la légion d’honneur. Avant de prendre la direction de la CRF, il a été conseiller général des établissements de santé. Il a occupé une première fois la fonction de président de la Croix-Rouge française de 1997 à 2004, avant de devenir directeur de l’agence régionale d’hospitalisation (ARH, désormais ARS) de la Guadeloupe en 2005

Hospimedia du 08/06/2015.

**************************************************************************************************************************

L’ensemble des organisations syndicales estiment que la Croix-Rouge française ne doit pas déroger au Code du travail

« Les salariés de la Croix-Rouge française (CRF) ne font pas exception, ils ont droit comme partout en France, à l’application du Code du travail« , écrivent dans un communiqué commun la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, la CGT, FO et Sud. Réunies en intersyndicale, ces organisations s’étonnent que la Croix-Rouge française demande au ministère du Travail une dérogation à l’application du droit. La CRF s’est en effet fait épingler par l’inspection du travail pour sa gestion des heures supplémentaires de salariés du siège. Un contrôle réalisé début mars a pointé plus de 3 800 infractions (lire ci-contre). En guise d’explication — suite à la diffusion dans les médias des conclusions de l’inspection —, la Croix-Rouge a souligné dans un communiqué le caractère spécifique de ses missions. Mais pour l’intersyndicale, cela ne l’autorise pas pour autant « à déroger au droit du travail« . Les organisations syndicales déclarent aussi rejeter le projet dit « optimisation de l’organisation » porté par la direction pour manque de lisibilité concernant les économies ciblées par ce futur programme.

Hospimedia du 02/06/2015

******************************************************************************************************************************

L’inspection du travail relève plus de 3 800 infractions au siège de la Croix-Rouge française

Suite aux alertes de la CFE-CGC sur des dysfonctionnements concernant les heures supplémentaires des salariés du siège de la Croix-Rouge, l’inspection du travail a effectué début mars une visite de contrôle. Les conclusions du rapport relèvent plus de 3 800 infractions.   

3 345 dépassements de la durée maximale quotidienne de travail (10 heures), 291 dépassements de la durée maximale hebdomadaire (48 heures), 58 dépassements de la durée maximale hebdomadaire sur douze semaines (44 heures) et 129 privations du repos quotidien minimal (11 heures)… c’est le constat dressé par l’inspection du travail lors de sa visite de contrôle du 4 mars dernier au siège de la Croix-Rouge française (CRF). Les inspecteurs ont étudié l’intégralité des relevés des heures effectuées — hors convention de forfait — pendant l’année 2014. La direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation du travail et de l’emploi (Dirrecte) a donc demandé — dans un rapport de 206 pages — que cessent immédiatement « ces dysfonctionnement, préjudiciables à la santé physique et mentale » des salariés. Et aussi de « réparer financièrement le préjudice causé à ces derniers par cette organisation du travail illégale, dangereuse et pathogène« .

Métiers d’urgence et Croix-rouge 

Dans un communiqué daté du 31 mai — et tout particulièrement en réaction à un article publié par Le Parisien évoquant les conclusions de l’inspection —, la direction du groupe s’explique sur la problématique des heures supplémentaires. « Il s’agit d’une situation à laquelle la Croix-Rouge française est malheureusement confrontée depuis de nombreuses années » et d’ajouter que cela est lié « à l’identité même de la Croix-Rouge et à sa mission : sauver des vies !« . Ou encore qu’ »au niveau du siège ce sont les directions métiers d’urgence qui sont en grande majorité concernées… » Dans cette communication du groupe, il n’est pas question du coût des infractions, ni du départ du directeur général de la CRF Stéphane Mantion, suggéré par Le Parisien. Contactée par Hospimedia, la direction déclare ne « pas faire de commentaire sur ce sujet« .

Une problématique récurrente

De son côté, Éric Laurent, délégué CFE-CGC, syndicat majoritaire à la CRF, confirme que la problématique des heures supplémentaires est effectivement « quelque chose de récurrent dans le fonctionnement du siège« . Il ajoute que son syndicat a alerté la direction sur ce sujet pendant plus de deux ans, avant de se tourner vers la Dirrecte pour « faire régulariser la situation des salariés« , ce qui a entraîné ce contrôle. Les infractions au Code du travail relevées ne l’étonnent pas en soi dans la mesure où « différentes alertes avaient été réalisées par les salariés auprès notamment de la médecine du travail », déclare-t-il. Toutefois, les chiffres délivrés par l’inspection ont dépassé les prévisions de son syndicat. Par ailleurs, Éric Laurent estime que dans les services administratifs concernés par ces dysfonctionnements, deux directions métiers — soit celle de l’urgence et du secourisme et celle des relations et des opérations internationales — sont effectivement dépendantes de critères d’urgence. Il souligne que sur l’ensemble des salariés (480) une très grande majorité (340) est concernée par les infractions relevées par l’inspection. Deux réunions devraient se dérouler, selon lui, à la fin du mois pour négocier avec la direction les indemnités que vont recevoir les salariés pour le préjudice subi. Il se dit également inquiet par rapport au projet de la direction de modification de son organisation dit « optimisation » qui préconiserait la concentration de certains effectifs. Ce projet était porté par le groupe avant le contrôle de l’inspection du travail.

Hopimedia du 01/06/2015
******************************************************************************************************************************

CCN CRF : commission paritaire nationale du 26 août 2014

Le compte rendu CFDT de la commission paritaire nationale CCN CRF du 26 août 2014. L’unique point à l’ordre du jour était la NAO 2014, avec la
perspective d’un avenant augmentant la hauteur de la prise en charge de la prévoyance par la CRF.

fichier pdf ccncrf_cpn_141120A

********************************************************************************************************************************************

CCN CRF -Commission paritaire nationale du 26 juin 2014

Le compte rendu CFDT de la commission paritaire nationale CCN CRF du 26 juin 2014. A l’ordre du jour de cette journée : la politique salariale 2014 mais aussi des courriers que la CRF s’entête à lire en CPN… une démarche pour le moins démagogue de la part de la CRF et dénoncée par la CFDT!

fichier doc ccncrf_cpn_26juin14_141120A

fichier pdf ccncrf 260614 declaration CFDT suite opposition accord BASSMS

*********************************************************************************************************************************************

CCN CRF : Commission paritaire nationale du 13 mai 2014

Le compte rendu CFDT de la commission paritaire nationale CCN CRF du 13 mai 2014. A l’ordre du jour : l’accord intergénérationnel, l’accord égalité professionnelle, la politique salariale 2014 et un point sur le groupe de travail 12 heures.

fichier doc ccncrf_cpn_13mai14_141119A

*********************************************************************************************************************************************

CCN CRF : Commission paritaire du 11 mars 2014

Le compte rendu CFDT de la commission paritaire nationale CCN CRF  du 11 mars 2014. A l’ordre du jour de cette journée, une première approche sur la politique salariale 2014 et la mise en place du calendrier 2014.

fichier pdf cr_cpn_crf_11mars2014_140701A

*******************************************************************************************************************************************

CCN CRF : Commission paritaire du 28 février 2014

Le compte-rendu CDT de la commission paritaire nationale de la Croix Rouge Française du 28 février 014. Une journée passée essentiellement à « longuement » organiser le calendrier de l’année 2014.

fichier pdf cr_cpn_crf_28fev2014_140424A

*******************************************************************************************************************************************

CCN CRF : Commission paritaire du 5 décembre 2013

05/12/2013 Le compte-rendu CFDT de la commission paritaire nationale de la Croix Rouge Française du 5 décembre 2013.
Au programme, la fin des négociations NAO, égalité professionnelle et l’accord intergénérationnel. Mais aussi, la CFDT a rappelé sa demande d’ouverture des négociations sur le chapitre du dialogue social.

fichier pdf cr_cpn_crf_5dec2013_140424A

*********************************************************************************************************************************************

CCN CRF : Commission paritaire du 14 novembre 2013

Le compte-rendu CFDT de la commission paritaires nationalesde la Croix Rouge Française du 14 novembre 2013.
Un programme chargé pour cette réunion avec la NAO, l’égalité professionnelle et l’accord intergénérationnel.

fichier pdf cr_cpn_crf_13nov2013_140423A

********************************************************************************************************************************************

CCN CRF commission paritaire du 16 octobre 2013

Le compte rendu CFDT de la commission paritaire nationale CCN CRF.

Une journée consacrée à la négociation de la NAO, l’accord égalité professionnelle et de l’accord intergénérationnel. Une nouvelle fois, l’absence de rigueur dans la façon dont la CRF a mené les débats et distribué la parole, a nui au contenu et la qualité des échanges.

fichier doc cr_ccn_crf_du_161013_131206A

*******************************************************************************************************************************************

CCN CRF : Commission paritaire du 25 septembre 2013

Le compte-rendu CFDT de la commission paritaire nationale de la Croix Rouge française.

Un programme chargé pour cette journée de négociation : formation professionnelle, accord Egalité professionnelle et contrat de génération.

fichier pdf cr_ccn51_cpn_crf_25sept2013_131204A

*********************************************************************************************************************************************

CRF : Commission paritaire du 9 eptembre 2013

Le compte-rendu CFDT de la commission paritaire

le compte-rendu de la commission paritaire nationale de la Croix Rouge française du 9 septembre 2013. Elle a été annoncée comme la dernière séance de négociation concernant la négociation de la révision, avant que la CRF ne dépose l’avenant définitif. La CFDT a donc tenté jusqu’au bout de minimiser l’impact pour les salariés de la Croix Rouge française.

fichier pdf cr_ccn51_cpn_crf_9sept2013_131121A

*******************************************************************************************************************************************

11.10.2013 Croix-Rouge Française : la CFDT Santé Sociaux signe la révision

La CFDT santé sociaux a choisi de préserver les garanties collectives des 18 000 salariés de la Croix-Rouge Française.

La CFDT santé sociaux a permis de fortement limiter l’impact de cette révision pour les salariés de la CRF. 

Une révision initiée par la volonté de la CRF de faire des économies en rabotant les garanties collectives.

Après huit mois de réelles négociations, le texte final reprend pour partie les contre-propositions CFDT santé sociaux, notamment avec: 

La prise en compte du congé parental (limité à 2 ans) pour le calcul de l’ancienneté, et le maintien des couvertures prévoyance et mutuelle pendant les 6 premiers mois de ce même congé en contrepartie de la disparition de l’indemnité d’allaitement (liée au congé parental). Ces nouvelles mesures représentent une avancée pour les salariés (hommes et femmes) qui prendront un congé parental à l’avenir.

Le maintien des récupérateurs de jours fériés pour les salariés qui travaillent habituellement les samedis et/ou dimanches.

Le maintien d’une indemnité kilométrique décente à 0,10 point (0,445 euro). 

La mise en place d’une étude paritaire sur l’impact du travail en 11 et 12 heures. La CRF souhaitait initialement augmenter la durée et l’amplitude de travail de la CCN.

fichier pdf 101113-communique_cfdt_sante_sociaux

En février 2013, la CRF a engagé une révision de la CCN ayant pour objectif déclaré d’économiser 5 millions d’euros sur les garanties collectives.

Vous trouverez mis à jour, les documents et informations relatif à ce dossier.

Claudino BAPTISTA Délégué Syndical Central Croix-Rouge Française -52 rue Daire – 80000 AMIENS – mail : claudino.b2010@gmail.com

Amiens le  27 juin 2013

Le professeur Jean-Jacques Eledjam, nouveau président de la Croix-Rouge française 

PARIS, 22 juin 2013 (AFP) – Le professeur Jean-Jacques Eledjam, 69 ans, ancien chef des urgences du CHRU de Montpellier, a été élu samedi à la présidence de la Croix-Rouge française où il succède au professeur Jean-François Mattei, a annoncé la Croix-Rouge.

Jean-Jacques Eledjam, anesthésiste-réanimateur de formation, prend la tête de la « première organisation humanitaire française » pour quatre ans, selon un communiqué de l’association. Jean-François Mattei, 70 ans, présidait la Croix-Rouge depuis neuf ans.

« Notre société traverse une période extrêmement difficile et probablement la plus longue de l’histoire contemporaine. Répondre aux besoins des plus fragiles d’entre nous est une des principales priorités de l’association. L’humanisation de la société demeure l’objectif premier de la Croix-Rouge française », a indiqué Jean-Jacques Eledjam au moment de son élection, selon le communiqué.

Jusqu’en 2012, le Pr Eledjam dirigeait le département d’accueil des urgences et du Samu du CHRU de Montpellier. Il a effectué l’essentiel de sa carrière à Montpellier et Nîmes.

Son élection s’est déroulée samedi à Paris où l’assemblée générale de l’association a renouvelé ses instances locales, départementales et régionales.

Stéphane Mantion, conseiller général des établissements de santé au ministère des Affaires sociales et de la Santé, a été nommé directeur général de la Croix-Rouge.

Chaque jour, dans toute la France, la Croix-Rouge française accompagne les personnes vulnérables avec ses 54 000 bénévoles et 18 000 salariés.

© 1994-2013 Agence France-Presse

Voici les débuts de mouvements à la CRF.   La CFDT reste informée et vous informe.

********************************************************************************************************************************************

Commissions paritaires des 4 et 9 juillet 2013

Les négociations de la révision se sont poursuivies. La CRF a récemment annoncé qu’elle souhaitait ajouter début juillet une séance de négociation supplémentaire, sans en préciser la date. La négociation de la révision s’est poursuivie avec une annonce de la CRF qui a annoncé des marges de manœuvre supplémentaires dans cette négociation. La CFDT continue à travers ses contre-propositions, à faire bouger les lignes pour réduire l’impact de cette révision sur les salariés  des établissements de la Croix-Rouge Française.

Le compte-rendu et propositions CFDT :

fichier doc crf_crendu_130912A

fichier pdf crf_propositions_cfdt_ juillet2013

*********************************************************************************************************************************************

Tract juin 2013

fichier pdf tract_crf_revision_juin13

********************************************************************************************************************************************

La dernière réunion paritaire du 15 mai 2013

fichier doc ccncrf_crendu_cpn_15mai13_

********************************************************************************************************************************************

Mars 2013 le tableau comparatif  projet révision

fichier pdf tableau_comparatif_projet_revision_CRF_mars_2013

*********************************************************************************************************************************************

Contact Croix-Rouge : Membre du Conseil santé-Sociaux Nantes et région, représentant La Croix-Rouge : Ludivine Rodicq

CFDT Santé Sociaux – 9 place de la Gare de l’Etat – CP n° 9 – 44276 NANTES cedex 2

telephone_011 Tel. 02.51.83.29.17 – Fax 02.51.83.29.18

email : syndicat-44nantes@sante-sociaux.cfdt.fr

 

 

Publié dans Croix-rouge | 3 Commentaires »

 

Sweeneyccml |
Guillermoodap |
Lomenews |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Username23368
| Username16373
| Username16441