Infirmier

Posté par Laurent le 2 décembre 2015

Article mis à jours le 11.09.2017

gif-humour-1aXKzn3q0R

*******************************************************************************************************************************

Infirmière puéricultrice D.E : Réunion du 22 juin 2017

Le compte rendu CFDT du 22 juin relatif à la ré-ingénierie du diplôme de puéricultrice. Nous vous invitons à le diffuser vers les professionnel(le)s. Cordialement.

fichier pdf infirmiere_puericultrice_diplome_170801A

fichier pdf Référentiel activités puéricultrices après 22 06 2017_CG_GI

fichier pdf Référentiel compétences Puéricultrices après réunion 22 06 2017_CG_GI

******************************************************************************************************************************

Infirmier(e) de bloc opératoire réingénierie du diplôme d’état : réunion du 20 juin 2017

Bonjour,

Le travail de réingénierie sur le diplôme d’infirmier(e) de bloc opératoire se poursuit.

Vous trouverez ci-joint le compte rendu de la réunion du 20 juin 2017 que nous vous invitons à largement diffuser. Nous remercions par anticipation les professionnel(les) pour leurs contributions sur le portfolio. Bien cordialement..

fichier pdf annexe_5_portfolio_mk_170718A

annexe_vi_portfolio_gpe_trvail_version8_170718A

fichier doc annexe_vi_portfolio_suite_hccp_versionbo_170718A

fichier pdf diplome_infirmier_crendu_reunion_20juin_170618A

pedi_portfolio_podo_170718A

******************************************************************************************************************************

Hospimédia du 07/04/2017

Infirmiers puériculteurs et de bloc opératoire restent vigilants pour l’obtention du grade master

Les puériculteurs et infirmiers de bloc opératoire attendaient depuis plusieurs années l’ouverture de nouvelles discussions sur la réingénierie de leur diplôme. Elles ont été lancées fin mars. Le grade master n’est toutefois pas encore évoqué par les institutions…

Bientôt un master pour les infirmiers de bloc opératoire (Ibode) et les puériculteurs ? Les deux spécialités infirmières ont appris fin mars la reprise des travaux de réingénierie de leur diplôme. Des discussions qui s’ouvrent à quelques semaines des échéances électorales et qui suscitent la vigilance des représentants des deux professions.
Pour les puériculteurs, une première réunion s’est tenue à la DGOS le 21 mars dernier. Une réouverture des discussions attendue depuis cinq ans, note le président de l’Association nationale des puériculteurs diplômés d’État (ANDPE), Sébastien Colson. Une satisfaction ? « Nous n’avons toujours pas de réponse quant au cadrage du niveau de sortie et notamment sur le grade master« , regrette-t-il. Sébastien Colson voit cependant la présence des représentants du ministère de l’Enseignement et de la Recherche lors des discussions comme un « signal positif« .

Quatre semestres de formation

Il semble en outre qu’une formation de quatre semestres se profile. Toutefois, des inquiétudes persistent pour la suite. « Nous sommes inquiets de la méthodologie« , ajoute le président. Le calendrier transmis par la DGOS prévoit en effet une réflexion sur le référentiel de formation avant celle sur le référentiel d’activité. Un choix « illogique » pour l’ANDPE, qui a demandé des modifications aux ordres du jour. La prochaine réunion est prévue le 11 avril. Les travaux devront être entérinés pour l’été 2017. L’élaboration du dispositif de validation des acquis de l’expérience (VAE) est pour sa part attendue entre septembre et novembre. La mise en place du nouveau référentiel de formation serait programmée pour septembre 2018.
Les discussions se sont aussi ouvertes pour les Ibode le 30 mars. Le diplôme s’articulera également en quatre semestres avec une mise en place opérationnelle à la rentrée 2018. Les textes devraient être publiés au premier semestre 2018, après un passage devant les instances fin 2017. Un calendrier similaire donc et qui suscite la même inquiétude de la part des représentants de la profession. « Nous tenons au grade master et nous serons extrêmement vigilants sur ce point« , confie à Hospimedia la présidente de l’Union nationale des associations d’Ibode (Unaibode), Brigitte Ludwig. D’autant que des questions restent en suspens quant à la VAE. « Nous avons notamment, une nouvelle fois, soulevé la question des candidats en cursus partiel qui souhaitent valider des compétences manquantes dans les écoles« , poursuit Brigitte Ludwig.
Trois journées de travail sont pour le moment prévues auprès de la DGOS. La prochaine se tiendra le 19 avril. Une journée supplémentaire, planifiée le 20 juin, a été ajoutée et ciblera plus spécifiquement l’organisation et les modalités de validation des stages. « À l’issue de ces journées de travail, la poursuite s’articulera en travaux interprofessionnels sur les unités d’enseignements mutualisables entre infirmiers spécialisés« , soulignent l’Unaibode et l’Association des enseignants et des écoles d’infirmiers de bloc opératoire (AEEIBO).

Un nouveau syndicat pour les Ibode

Les infirmiers de bloc opératoire diplômés d’État (Ibode) auront bientôt un nouveau syndicat. Ce 6 avril, l’Union nationale des associations d’Ibode (Unaibode) a annoncé la création du Syndicat national des infirmiers de bloc opératoire (Snibo). Adossé à l’Unaibode, « le Snibo s’attachera de manière indépendante à apporter une force nouvelle dans les combats menés par et pour les Ibode« , indique l’Unaibode. « La demande était forte chez les Ibode. Ce nouveau syndicat s’attachera à défendre le statut et les questions d’ordre financier. Une assemblée générale est prévue pour officialiser la création du syndicat et élire un bureau« , précise la présidente de l’Unaibode, Brigitte Ludwig.

******************************************************************************************************************************

IADE(s) – Mise au point : La vigilance porte ses fruits.

Écoute attentive de la SFAR aux remarques de la CFDT Santé-Sociaux.

Vous trouverez ci-joint une note relative aux échanges de la CFDT Santé-Sociaux avec la SFAR. Nous vous invitons à la diffuser auprès des professionnels.

fichier pdf cr_iade_sfar_160819A

******************************************************************************************************************************

IADE Suivi estival du dossier. Préparation de la rentrée.

En attachement, une note sur le suivi estival du dossier IADE.

Nous vous en souhaitons bonne réception et vous invitons à la faire suivre vers les équipes de terrain et professionnel(le)s IADE.

fichier pdf iade_suivi_estival_du_dossier_160810A

******************************************************************************************************************************

IADE : UNE PROFESSION INQUIÈTE. LA CFDT SANTÉ SOCIAUX MOBILISÉE

Un tract à largement diffuser vers les équipes de terrain et structures où il y a des IADE(s).

fichier pdf iade_inquietudes_160511A

**********************************************************************************************************************************

IADE – Comité de suivi de la formation : État du dossier au 15 février 2016

Un état récapitulatif du dossier relatif à la formation. Nous vous invitons à le diffuser largement auprès des professionnels.

fichier pdf cr_dossier_iade_160217A

******************************************************************************************************************************

IADE intercession CFDT, reprise des travaux

Une courte note d’information sur la reprise des travaux sur l’éventuelle évolution du métier d’IADE. Note à faire suivre largement aux professionnels concernés.

fichier pdf iade_pour_suite_160204A

IADE : Pas de soutien à attendre de la SFAR

Au regard de notre implication dans le dossier des IADE, vous trouverez une courte note d’information en réaction à un article de la Société Française d’Anesthésie et Réanimation.

N’hésitez pas à largement la diffuser vers les professionnels.

fichier pdf iade_sfar_160202A

******************************************************************************************************************************

Ordre infirmier : déni de démocratie, une minorité majoritaire

L’Assemblée nationale confirme dans la loi de santé l’existence de l’ordre national infirmier.                

L’intersyndicale, qui depuis près de 10 ans s’oppose à cet ordre, analyse cette décision comme un soutien d’élites envers l’ordre et un refus d’écoute de la majorité des professionnel-les.

Une immense majorité s’oppose à l’existence d’un ordre professionnel, alors que les lobbies qui y sont favorables ne représentent qu’une minorité d’infirmiers (ères) dont certains ne sont même plus en exercice.

Il y a en France 620 000 infirmier(e)s en activité. L’ordre national infirmier revendique, sans en faire la preuve, 170 000 adhérents, mais parmi ceux-ci nous dénonçons que nombre d’entre eux l’ont été contraints. 

La démocratie du nombre doit être plus forte que les lobbyings ! 9 ans après sa création, 450 000 infirmier-es demeurent non adhérents à l’ordre, parce qu’ils et elles n’en veulent pas ! 

Ils et elles doivent être entendu-es.

Nous continuons de demander à la Ministre de la santé, au Premier ministre et au Président de la République, aux députés et sénateurs d’abroger l’ordre infirmier et de réintégrer les missions données à cet ordre au sein de la sphère publique de l’État. 

fichier pdf 121015_cdp_ordre_infirmier

********************************************************************************************************************************

La commission des affaires sociales entérine l’existence de l’ordre infirmier

L’amendement de madame Le HOUEROU (PS) demandant la suppression de l’ordre a été rejeté lors de la commission mixte paritaire.

La partie était jouée d’avance puisque le gouvernement par le biais du rapporteur demandait le rejet de cet amendement. Unies, la majorité et l’opposition ont voté dans le même sens. La loi de santé entérine l’existence de l’ordre.Neuf années de luttes intenses des organisations syndicales n’auront pas permis d’atteindre l’objectif.

Les professionnels infirmiers salariés et libéraux doivent désormais s’inscrire et cotiser à l’ordre. Dans le cas contraire, ils sont en exercice illégal de la profession et s’exposent à de graves sanctions.

P1100710

******************************************************************************************************************************

Ordre : vont-ils enfin tenir leur engagement ?

Le 25 mai 2010 Mme Marisol Touraine, alors députée de l’opposition, déposait une Proposition de Projet de Loi N° 2536 « tendant à supprimer l’obligation, pour les infirmiers et les masseurs-kinésithérapeutes exerçant à titre salarié, de s’inscrire aux ordres professionnels ».

Cette PPL était soutenue entre autres par  mesdames M. Lebranchu, C. Taubira, messieurs F. Hollande, M. Valls, M. Sapin et L. Fabius… qui sont aujourd’hui en charge des plus hautes fonctions de l’Etat. 

480 000 infirmièr-es refusent toujours l’adhésion à un ordre dont ils n’ont nul besoin, ceux et celles ayant adhéré, l’ont majoritairement fait contraint-es, par leurs employeurs, à l’embauche, ou les Caisses d’Assurances Maladie pour les professionnel-les en exercice libéral. 

L’intersyndicale CFDT Santé Sociaux, CGT Santé Action Sociale, FO Santé, SNICS FSU, SUD Santé Sociaux, UNSA Santé Sociaux rejointe par les syndicats d’infirmier-es libéraux FNI et ONSIL, tout comme l’immense majorité des professionnel-les, attendent que le gouvernement tienne ses engagements.

A l’occasion du projet de Loi de Modernisation de la Santé, Mme A. Le Houerou a déposé un amendement visant à remplir une partie de cet engagement. Voté lors de la discussion du projet à l’Assemblée Nationale, cet amendement a été supprimé par le sénat.

Nous attendons aujourd’hui qu’il soit rétabli lors de la réunion de la Commission Mixte Paritaire qui clôturera sans doute l’adoption de cette loi

Espérant un terme au conflit qui dure maintenant depuis neuf ans les syndicats signataires et leurs adhérent-es seront attentif-ves à la volonté du  gouvernement à tenir ses engagements antérieurs, et sauront s’en souvenir en temps opportun.

******************************************************************************************************************************

Ordre infirmier : pour gagner il faudra une mobilisation des professionnels

Depuis plus de huit ans, l’intersyndicale s’est battue pour l’abrogation de la loi érigeant un ordre infirmier. Soutenus dans un premier temps par le Président, la ministre de la Santé et le gouvernement, nous pensions obtenir au mieux l’adhésion facultative, au plus l’abrogation de la loi.

Un fort travail de lobbying des ordres, en particulier de l’ordre des médecins, a vu la situation se retourner. Le pouvoir médical ne s’arrête pas aux portes de l’hôpital, il est aussi très présent à l’assemblée nationale et au Sénat.  

L’ordre est soutenu au plus haut niveau.

Même si l’intégration à l’assemblée nationale de l’amendement de madame la Député le LEHOUEROU supprimant l’ordre infirmier donne des espoirs, le risque demeure.

Avant la fin de l’année 2015, après une lecture au Sénat qui peut  réintégrer l’ordre dans la loi, une commission mixte paritaire décidera en dernier ressort de son sort.

Les courriers émanant de la Présidence de la République et du Sénat, adressés à la présidente du conseil international des infirmières laissent planer peu de doute sur la fin de ce feuilleton.

Les infirmiers ouvrent la voix, à n’en pas douter pour d’autres professions, du « payer pour travailler ».

C’est ce que le Président  et le gouvernement appellent : «  gouverner au nom de l’intérêt général. »  Pour la CFDT cela s’appelle : « céder aux intérêts particuliers ». 

Les professionnels ont désormais leur sort entre les mains. Seule une très forte mobilisation pourra provoquer une prise conscience chez les politiques.

 fichier pdf ciinfirmier_europe_courriers_ministres2    

IADES : licence master doctorat

La gestion du dossier LMD, véritable course à l’échalote qui entraine chaque métier à revendiquer sa place dans de nouvelles grilles de salaire est une calamité.

Les gouvernements s’y confrontent depuis 2010 sans apporter de réponses aux professionnels. Les IADES aujourd’hui mais la liste est longue des métiers concernés et qui attendent la juste rémunération de leur master depuis que les infirmiers sont passée en licence et en catégorie A.

Il est vrai que c’est au niveau de la fonction publique que les grilles se négocient et non dans la fonction publique hospitalière. Mais le projet de refonte actuellement en discussion apportera-t-il des réponses aux professions réglementées des hospitaliers ?

La situation économique tendue des établissements de santé complique évidemment les perspectives d’évolution du sujet.

C’est un traitement global du dossier qu’il faut trouver et non métier par métier. Depuis 2011 la CFDT santé sociaux propose qu’un accord cadre soit négocié sur ce sujet.

       

       

       

Publié dans Infirmier(e) IDE IADE IBODE | Pas de Commentaire »

Reconnaissance statutaire des sages-femmes hospitalières

Posté par Laurent le 31 octobre 2013

Capture plein écran 05022014 090448.bmp

Articles mis à jour le 02/12/2015

******************************************************************************************************************************

Sage femme : Remise en cause de la catégorie active ?

Lors de l’élaboration des textes il y a eu une commission, volontaire ou pas, au moment de la rédaction des textes statutaires sur la structuration du deuxième grade. Or, ce deuxième grade n’a pas fait l’objet d’un classement en catégorie active.

L’ambiguïté de ce deuxième grade 

Le deuxième grade va accueillir à la fois des agents qui étaient en catégorie active dans les anciens grades de SF et SF classe supérieure et des agents en catégorie sédentaire (cadres et cadres sup SF).

Pour les SF anciennement cadres dont les grades sont mis en voie d’extinction les choses sont simples, elles restent en catégorie sédentaire. 

Quid des autres ?

Désormais la tendance est à considérer que ce n’est plus le grade dans sa totalité mais les fonctions occupées dans le grade qui sont désormais déterminantes.

Pour le cas des Sages-femmes quand les fonctions sont des fonctions cliniques et de prise en charge, le temps passé dans ces fonctions doit être comptabilisé en service actif. Quand les fonctions sont des fonctions de coordination managériales, le temps passé dans ces fonctions doit être comptabilisé en service sédentaire. A ce titre pour liquider une retraite sur la base de la catégorie active, il faut avoir au moins 17 ans de services actifs

Pour la CFDT santé sociaux, il est urgent de clarifier la situation au regard de la catégorie active pour les Sages-femmes et Sages-femmes de classe supérieure.

La CFDT a demandé à être reçu par la DGAFP afin d’éclaircir rapidement ce problème plus global qui revient de manière récurrente.

**********************************************************************************************************************************************       

10/07/2014 Statuts et rémunérations Sages-femmes : la CFDT dit non

Les projets de décrets ont été soumis au vote du Conseil Supérieur de la FPH le 8 juillet 2014.

La CFDT santé sociaux rappelle ce qu’elle revendique

- La reconnaissance du caractère médical de la profession de Sage-femme ;

- La reconnaissance de l’élargissement des compétences et des responsabilités médico-légales des Sages-femmes par une revalorisation significative des grilles de rémunération ;

- Une progression de carrière linéaire permettant à toutes les Sages-femmes d’atteindre les sommets de grille ;

- La revalorisation du régime indemnitaire.

La CFDT santé sociaux constate :

- Que les grilles proposées ne tiennent pas compte du niveau médical de responsabilité ;

- Que 2 grades de rémunérations pour les Sages-femmes cliniciennes ont été créés avec un ratio instauré pour l’accès au 2e grade et la création d’un statut d’emploi ;

- Une valorisation de l’expertise managériale au détriment de l’expertise médicale pour les reclassements des Sages-femmes cliniciennes, les plus nombreuses ;

- Que les choix gouvernementaux n’ont pas repris les propositions syndicales.

La CFDT santé sociaux a voté contre ces projets, après avoir fait une déclaration générale, des observations et des propositions d’amendements sur certains articles. 

Ces projets seront soumis à l’examen du Conseil d’Etat dans les semaines à venir et devraient être publiés ensuite à l’automne.

fichier pdf 15-100714-cdp-cfdt_sante_sociaux

fichier pdf 070814_csfph_intervention_cfdt_sages-femmes

06/06/2014 Fin des négociations salariales Sages-femmes

La dernière réunion de négociations salariales pour les sages-femmes hospitalières s’est tenue le 3 juin 2014. Les propositions du ministère n’ont pas changé malgré la promesse qu’avait faite le Cabinet de la Ministre d’une évolution vers plus d’équité.

La CFDT santé sociaux revendique :

- Une carrière en deux grades : 1 – pour les sages-femmes cliniciennes et celles exerçant des responsabilités fonctionnelles 2 – fonctions particulières (équivalent au statut d’emploi proposé par le ministère).

- La possibilité d’accès à l’indice sommital du 2e grade pour toutes les cliniciennes.

Nos propositions n’ont pas été retenues (raisons financières).

Il y a des avancées mais la CFDT santé sociaux déplore :

- Un nouveau déroulement de carrière en 2 grades avec un ratio vers le 2e grade pour les cliniciennes et celles exerçant des responsabilités fonctionnelles (9000 sages-femmes)

- Un statut d’emploi attractif mais réservé à 200 postes

- Un reclassement des SF en poste qui privilégie l’expertise managériale à l’expertise clinique : la totalité des sages-femmes cliniciennes qui exerçent pleinement l’activité médicale, ne sont reclassées qu’au premier grade

- Un reclassement qui ne prend pas en compte la stagnation de plus de 4 ans en fin de carrière.

Les projets de statuts intégrant les grilles de classement et de reclassement seront examinés par le Conseil supérieur de la Fonction publique hospitalière le 8 juillet puis par le Conseil d’Etat et publiés, si tout va bien, à l’automne.

fichier pdf 060614-01-communique_cfdt_sante_sociaux

28/05/2014 Sages-femmes : la CFDT appelle à une journée d’actions le 3 juin

L’intersyndicale CFDT/CGT/FO/SUD/UNSA/CFE CGC a été reçue à sa demande expresse au Cabinet de la ministre de la Santé le 27 mai par Monsieur R. LEMOIGN Directeur Adjoint accompagné de Mme Eve PARRIER et de Mme LENOIR SALFATI.

Après avoir fait un retour sur le processus qui a déclenché le mouvement des sages-femmes et sur les points ayant déjà abouti à des engagements ministériels Mr LE MOIGN a amorcé la discussion sur les nouvelles grilles salariales proposées en faisant état de :

- L’implication financière du Ministère sur cette profession dans un contexte économiquement difficile.

- L’architecture des grilles proposées (2 grades avec des conditions d’accès au 2e grade jugées maximales et la possibilité d’accéder à un statut d’emploi avec des gains substantiels).

Puis, sur le reclassement des personnes en place, Mr LE MOIGN a indiqué une prévision de revalorisation immédiate de 104 € brut en moyenne à chaque agent et annoncé deux avancées depuis la dernière réunion de négociation :

- Une évolution du ratio de passage du 1er au 2e grade : 20 % pour la 1ère année – 15 % pour la 2e année – 10 % pour la 3e année.

- Une augmentation du nombre de postes pour le statut d’emploi qui passe de 150 à 200 emplois (+ 50).

Le Ministère considère que cet effort est, symboliquement et politiquement, le plus important de ces 5 dernières années (possibilité d’avancement de grade sans contrepartie, reconnaissance de l’expérience acquise, gestion dynamique de carrière avec un statut d’emploi auquel on peut avoir accès…).

Déclaration de la CFDT :

« Ce qui s’est passé hier, le refus aux organisations syndicales de participer à la réunion sur  le 1er recours  ne doit  pas se reproduire.  Opposer  l’avis du Collectif aux Organisations Syndicales pose la question de la représentativité. Cette façon de faire ne doit pas perdurer ! Concernant les propositions de grilles de salaires : au-delà des points cités, vous parlez d’efforts…

Nous sommes conscients de ces propositions et des évolutions mais au-delà de cela, les propositions du 29 avril et du 12 mai ne sont pas acceptables et non conformes au socle commun issu du groupe de travail sur le statut des sages-femmes.

La CFDT n’accepte pas les 2 grades et le ratio proposés pour les sages- femmes cliniciennes ; ce sont les plus nombreuses et celles qui exercent pleinement la profession médicale de sage-femme.

La CFDT n’a pas refusé l’idée de 2 grades ni de ratio dans le projet que nous avons déposé à la réunion du 12 mai et pour lequel nous n’avons eu aucun retour. On a fait un pas… silence depuis ! Est-ce une fin de non-recevoir ferme et définitive ? Voulons-nous aller plus loin dans ces échanges ? Nous nous demandons s’il faut continuer…

Nous faisons le constat de désaccord clair entre vos propositions, les nôtres et tout ce qui a été exprimé, y compris au vu des ultimes propositions qui laissent toujours dans l’insatisfaction du reclassement. Il y a désaccord entre nous et nous n’allons pas y arriver.

Est-ce que le « 3 juin » existe toujours ? Est-ce que la négociation est encore ouverte ou pas ? ».

En s’appuyant sur des exemples précis, la CFDT a démontré des écarts importants de gains de reclassements pour les sages-femmes cliniciennes et l’impossibilité d’atteindre l’échelon terminal pour des sages-femmes en classe supérieure, dont le passage au 2e grade ne se soldera que par un gain de 2 points supplémentaires lors de leur accès au deuxième grade l’an prochain pour les plus anciennes !

Les organisations syndicales ont aussi fait état de processus de reclassements plus favorables pour d’autres catégories de personnels ces dernières années en contradiction avec les affirmations du Ministère.

Mr R. LE MOIGN a apporté 5 éléments de réponse aux questions débattues :

1. Il a reconnu que la gestion de ce dossier était atypique dans le cadre du dialogue social et que cette méthode ne sera pas reconduite, donc celui- ci se fera en présence des organisations syndicales représentatives.

2. Le premier recours n’est pas le monopole des sages-femmes libérales, il touche autant les sages-femmes hospitalières ; il sera rappelé que les organisations syndicales et les organisations professionnelles doivent aller aux réunions sur l’organisation des soins.

3. Le Ministère ne donnera pas son feu vert à l’extension de ratios d’encadrement (effectifs/activité) pour le fonctionnement  de l’obstétrique. Il a entendu la déception sur les décrets de périnatalité dont la seule réponse est la future instruction ministérielle. Il est favorable à la poursuite du chantier autour de l’étude des conditions de travail et de l’impact des réorganisations et de l’évolution des structures sur les maternités.

4. Il confirme qu’il est nécessaire de s’engager sur le moyen terme par la mise en place d’un comité de suivi avec des indicateurs pour observer la dynamique de création d’unités fonctionnelles. Il s’engage à observer ce qui se passe en matière de crédits de formation continue.

5. Il estime en toute conscience et responsabilité que le Ministère arrive au bout de ce qui peut être proposé sur le plan salarial ; il demande néanmoins, pour le principe d’équité, que soit imaginé un dispositif transitoire destiné aux sages-femmes qui, selon les propositions actuelles, ne pourraient pas bénéficier d’un gain moyen susceptible de leur être appliqué. Il précise que la réunion du 3 juin devra être portée sur la rédaction du statut particulier pour le présenter aux instances de juillet.

La réunion a été clôturée à 18 heures.

La CFDT appelle à une journée nationale d’expression et d’action le 3 juin 2014. Un rassemblement des sages-femmes est prévu à Paris devant le ministère de la santé à 12h30.

27/05/2014 Sage-femme : lettre ouverte à Marisol Touraine
L’intersyndicale CGT, CFDT, FO, SUD, UNSA, rencontrera le cabinet du ministre de la santé le 27 mai après-midi.

L’intersyndicale a exigé ce rendez-vous suite à l’échec de la réunion de négociation du 12 mai 2014, condition incontournable à la reprise des négociations salariales avec la DGOS. L’intersyndicale revendique une carrière sans ratio pour les sages-femmes cliniciennes des hôpitaux.

Les niveaux de rémunérations proposés par la DGOS ne sont pas à la hauteur des responsabilités et du caractère médical de la profession. Les différentes assemblées générales des sages-femmes des hôpitaux qui se sont tenues dernièrement ont mis en évidence un fort mécontentement.

Par conséquent, l’intersyndicale en appelle aux professionnels pour adresser une lettre-type au ministère avant le 3 juin pour exprimer leur vive désapprobation. 

Si l’intersyndicale n’obtient aucune avancée notoire (significative ?) le 27 mai, elle appellera à une journée d’action nationale d’expression et de mobilisation pour peser sur la prochaine réunion de négociation qui aura lieu début juin très probablement.

L’intersyndicale communiquera par tous moyens à la sortie de la rencontre avec le cabinet de Marisol Touraine le 27 mai 2014.

fichier doc 052714_lettre_ouverte_sf_ministre_fin_mai_2014

04/03/2014 Communiqué de presse de l’Intersyndicale sages-femmes

Marisol Touraine intervient sur les sages femmes. Soulagées mais pas satisfaites.

Ce 4 mars 2014, après des mois de mobilisation et de concertation, Marisol Touraine a annoncé à l’occasion d’une conférence de presse que le nouveau cadre statutaire proposé aux sages femmes hospitalières se ferait dans le périmètre de la fonction publique hospitalière. C’est une victoire pour les professionnelles qui se voient garantir leurs acquis sociaux (temps de travail, retraite, maladie)

L’Intersyndicale ne peut que se réjouir de cette prise de position de la Ministre qui vient enfin clarifier la situation et poser le cadre des futures négociations. La Ministre a entendu la majorité des sages femmes hospitalières qui ont massivement exprimé leur attachement à la fonction publique hospitalière.

Cependant, la question statutaire ne doit pas faire diversion. Les annonces de Marisol Touraine ne sont pas une fin en soi mais bien le début de négociations. Les attentes, depuis plus de dix ans, des sages femmes hospitalières sont immenses. Au regard de leurs responsabilités, leur rémunération est indécente et doit être renégociée au plus vite.

Les annonces de la Ministre sont aussi trop vagues concernant le périmètre des responsabilités et de la reconnaissance des sages femmes. Les groupes de travail entamés depuis novembre 2013 peinent à dégager des propositions concrètes. Il est temps de conclure ces travaux par une revalorisation effective du métier, par la reconnaissance des sages femmes en responsabilité des unités physiologiques au sein de l’hôpital public, par leur rôle dans l’organisation du premier recours, par leur haut niveau de formation initiale et continue.

La vigilance des sages femmes va se poursuivre et l’Intersyndicale appelle à l’unité de toutes les sages femmes, de toutes les organisations qui les défendent qu’elles aient ou non soutenu le maintien du statut Fonction Publique Hospitalière. Maintenant que la question du cadre statutaire a été tranchée, nous devons nous rassembler pour obtenir les revalorisations salariales et professionnelles que toutes les sages femmes demandent depuis des années. Le travail ne fait que commencer. Et la mobilisation de tous reste plus que jamais nécessaire. 

fichier pdf 030414-cpsages_femmes_intersyndicale   

04/03/2014 Sages-femmes : l’arbitrage de Marisol Touraine

Marisol Touraine annonce dans un courrier, adressé ce jour aux membres du groupe de travail sur le statut des sages-femmes à l’hôpital, avoir pris des décisions qui vont dans le bon sens, notamment :

Des unités fonctionnelles pourront être créées en fonction du projet médical ;

  • Les sages-femmes seront rattachées pour la gestion de leur affectation et de leur carrière à la direction de la gestion du personnel médical ;
  • La représentation des sages-femmes au sein de la CME sera renforcée ;
  • Le plan de développement professionnel continu et de formation continue des sages-femmes sera validé par la CME ;
  • Les sages-femmes exerçant à temps plein à l’hôpital pourront effectuer des missions d’intérêt général à caractère public. Elles seront associées aux activités de recherche ;
  • La qualité de maître stage des étudiants sages-femmes et la participation à l’encadrement des autres étudiants dans les services cliniques seront pleinement reconnus ;
  • Des discussions vont s’ouvrir sur la revalorisation salariale afin de tenir compte du niveau de responsabilité des sages-femmes ;
  • Enfin, sur le statut des sages-femmes, M. Touraine choisit de créer, au sein de la fonction publique hospitalière, un statut médical de sages-femmes des hôpitaux. « Pour la ministre ce nouveau statut constitue une avancée sans précédent ».

Pour la CFDT santé sociaux, la question des grilles de rémunération est maintenant le sujet qu’il faut aborder en négociation le plus vite. C’est ce que nous demandons depuis 2011.  

fichier pdf 030414-courrier_groupe_de_travail_sages-femmes

fichier pdf 030414-communique_cfdt_sante_sociaux

10/02/2014 Sages-femmes : un arbitrage très attendu !

Depuis 2011, la CFDT santé sociaux revendique pour les sages-femmes (SF) hospitalières :       

  • La reconnaissance de leurs compétences et responsabilités par une revalorisation significative de leurs salaires
  • Plus d’autonomie dans l’exercice de leur profession à l’hôpital
  • Une plus grande participation à la vie institutionnelle dans les hôpitaux
  • De meilleures conditions de travail.

L’ouverture de négociations salariales est promise par les ministères successifs depuis 2011 !

Depuis octobre 2013, un mouvement dirigé par des Associations de SF et la CFTC revendiquent un statut de Praticien Hospitalier (PH) hors Fonction Publique Hospitalière (FPH) ; les SF cliniciennes deviendraient contractuelles comme les PH, les SF enseignantes resteraient fonctionnaires au Titre II.

La CFDT santé sociaux a pris le temps de la réflexion et se positionne pour la création d’un statut médical de sages-femmes au sein du Titre IV de la FPH.

La CFDT santé sociaux participe aux travaux ministériels sur un socle commun de statut médical de SF qui sera décliné dedans, ou en-dehors de la FPH. C’est la Ministre qui tranchera.

La CFDT santé sociaux estime que les travaux réalisés apportent un éclairage suffisant pour la prise de décision politique de la Ministre.

Beaucoup de sages-femmes restées silencieuses jusqu’à présent, expriment maintenant leur refus de sortir de la fonction publique hospitalière. Les tensions sont vives dans les équipes.

La CFDT santé sociaux appelle Madame TOURAINE à un arbitrage sans plus attendre et à ouvrir les négociations salariales avec les organisations syndicales représentatives.

07/02/2014 Sages-femmes : le 13 février mobilisons-nous pour pousser les salaires !

A l’appel de l’intersyndicale CGT – CFDT SANTE SOCIAUX – SUD Santé et après la fin des travaux sur le statut des sages-femmes à l’hôpital, nous vous proposons une journée d’actions pour peser sur le niveau de nos salaires.

Certes, tout n’est pas terminé et la commission sur les décrets périnatalité n’a pas rendu son travail.

Certes, nous avons des inquiétudes sur ce dossier parce que le ministère parle de qualitatif en lieu et place de ratios en personnels….

Nous restons vigilants sur ce point qui conditionne les conditions de travail et de prise en charge des patientes et de leurs nouveaux nés.

La commission formation enseignement est en cours et le ministère semble ne travailler que sur le regroupement des écoles !

Quant au premier recours, il n’a d’existence que sur le papier… la liberté de choix de son praticien étant une valeur fondamentale…

Exigeons des rémunérations qui correspondent à nos qualifications, nos responsabilités et notre rôle de premier recours.

Des salaires qui effacent la discrimination hommes-femmes 

LE 13 FEVRIER, DANS CHAQUE MATERNITE, CHAQUE VILLE, CHAQUE REGION, APPELONS A POUSSER, POUSSER …… POUSSEZ LES SALAIRES !!!

A Paris, Rassemblement devant la Bourse du travail à 14H

Nous y donnerons une conférence de presse nationale

A la Bourse du travail – 3, rue du Château d’Eau – 75010 Paris (Métro : République) Au 1er étage – salle de commission

03/02/2014 le compte rendu de la réunion 28 janvier. Parmi les point abordés : un état des lieux sur le nombre de sages-femmes engagées dans des activités de recherche qui met en évidence le peu de personnes concernées, la demande de filière maïeutique qui apparait en inadéquation au regard des effets de masse, la formation continue, le regroupement des écoles.
Longue séance où les choses avancent bien peu. Nous avons surtout vu un collectif sage-femme représenté massivement par des écoles, ne se souciant que du devenir spécifique des enseignants voulant devenir enseignants universitaires et, croyant à tort, que seul le statut PH le leur permettrait, d’où sans doute quelques «instrumentalisations» des professionnels sur la problématique statutaire. Nous vous invitons à diffuser ce compte rendu vers les professionnels et les étudiants.
Cordiales salutations. Nicole PERUEZ -  Secrétaire Fédérale.

fichier zip sages_femmes_crendu_reunion28janvier_140203A

22/01/2014 Reconnaissance statutaire des Sages-femmes hospitalières

Réunion du 22 janvier 2014, Déclaration liminaire CGT-CFDT-FO-SUD-UNSA-UNSSF :               

« Monsieur COUTY, Madame LENOIR-SALFATI, Mesdames, Messieurs,

La presse titre à volonté que la colère monte entre les Sages-femmes et les Médecins. Nous nous inquiétons de la tournure que prennent les événements.

Depuis le début du mouvement nous avons alerté le ministère sur l’urgence à donner une feuille de route qui clarifie le cadre dans lequel nous pourrons négocier.

L’absence de position politique fait monter les corporatismes et remet en cause la complémentarité des acteurs de santé.

Les sages-femmes que nous représentons ne se sentent pas en guerre, contrairement à ce que prétend le Collectif. Elles demandent juste à exercer en bonne intelligence l’ensemble de leurs compétences médicales avec une reconnaissance salariale conséquente à la clé.

Cela passe par la création d’une filière médicale dans la Fonction Publique.

Ceci étant, nous rappelons que les compétences des Sages-femmes sont inscrites dans le Code de Santé Publique, qu’elles ne sauraient être remises en cause.

Sages-femmes et Médecins ont chacun leur place au sein de la périnatalité et permettent ainsi de répondre à toutes les demandes des femmes, des mères, et des couples.

Dans les conditions sus citées, nous renouvelons notre exigence de ne pas laisser les médecins cantonnés à un rôle d’arbitres pour décider de l’avenir professionnel des Sages-femmes. »

16/01/2014 Sage-femme : communiqué de presse intersyndical

Les organisations syndicales représentatives de la Fonction Publique Hospitalière communiquent au sortir de la réunion du groupe statut des sages-femmes du 13/01/14.                 

E. Couty a porté à notre connaissance la lettre de mission que lui a confiée la Ministre de la Santé :

Poursuivre l’instruction d’un positionnement des sages-femmes en responsabilité fonctionnelle d’unités physiologiques, ainsi que les deux scenarii statutaires Fonction Publique Hospitalière ou Sortie de la FPH……

Cette réunion a eu pour conséquence de revoir l’ensemble des propositions du ministère faites le 20/12/13 avec les syndicats de médecins des hôpitaux.

L’intersyndicale avait fait savoir à la Ministre son désaccord, considérant qu’il s’agissait de mettre les médecins en position d’arbitres dans un dossier où l’autonomie professionnelle des sages-femmes est une revendication largement partagée.

Les débats ont malheureusement montré un fort risque de retour en arrière sur les propositions antérieures. Les rivalités corporatistes n’ont que faire de la santé des femmes de ce pays.

En ne prenant pas de décision politique, Marisol Touraine n’a fait que renvoyer dos à dos les sages-femmes et les médecins qui ont démontré qu’ils dénient à leurs partenaires la stricte application du Code de la Santé Publique.

L’intersyndicale souhaite que l’on sorte de cette lutte de pouvoir pour l’intérêt des patientes en replaçant chaque acteur de santé à sa juste place.

La prochaine réunion se tiendra le 22/01/14 et une synthèse des débats de ce jour, y sera présentée.

Nous renouvelons notre exigence de voir s’ouvrir rapidement de véritables négociations statutaires et salariales pour les sages-femmes des hôpitaux dans la Fonction Publique Hospitalière.

Paris, le 15 janvier 2014

fichier pdf 011514-cp_sages_femmes_intersyndicale

10/01/2014 Sage-femme : Lettre ouverte à Mme Marisol Touraine

fichier pdf 011014-vf_lettre_ouverte_mst_jan_20141

20/12/ 2013 Sage-femme : communiqué de presse intersyndical

Le 20 décembre 2013, Mesdames Marisol Touraine et Geneviève Fioraso ont reçu l’ensemble des acteurs engagés autour du mouvement sages-femmes.                  

L’intersyndicale déplore le manque de position claire de la ministre en ce qui concerne :

• le maintien des sages-femmes dans la fonction publique hospitalière,

• son refus d’avoir des négociations salariales avant la fin des travaux des commissions, d’ici la fin du mois de mars 2014.

L’intersyndicale se réunira en début d’année pour envisager des actions pour faire aboutir l’ensemble des revendications.

fichier pdf 122013-com_de_presse_sf

La troisième réunion de concertation du groupe de travail « Reconnaissance statutaire des sages-femmes » a eu lieu le 16 décembre 2013 avec, pour objet, la présentation des propositions ministérielles à débattre à cette réunion, et finalisées le 18 décembre.
Le diaporama ci-joint, vous permet de connaitre précisément les deux possibilités d’évolution du statut présenté par la Ministère à cette séance. Attention, entre autre, pas de droit d’option.

Vous pouvez également visionner ceux des deux réunions précédentes, en allant sur Internet via ce lien :
http://www.sante.gouv.fr/sages-femmes.html groupe de travail sur la reconnaissance statutaire des sages-femmes hospitalières, cliquez sur « Pour en savoir plus »

fichier pps sages_femmes_groupe_statut_propositions_dgos_16dec2013_1311218A

13/12/2013 Le courrier adressé à Monsieur COUTY, accompagné d’une lettre-type que nous vous proposons de distribuer aux Sages-femmes, ceci afin de faire entendre la voix de celles qui souhaitent rester dans la Fonction publique hospitalière. A chacune d’envoyer rapidement ce courrier à Madame Marisol TOURAINE.

fichier pdf Courrier intersyndical adressé à M. Couty

fichier doc Courrier à Marisol TOURAINE

13 novembre 2013 Sages-femmes : la CFDT santé sociaux en faveur d’un statut médical

Prendre le temps de la réflexion, de l’analyse et du débat, c’est ce qui a guidé la CFDT santé sociaux sur ce dossier. Il est incontestable que les évolutions du métier et les responsabilités exercées aujourd’hui relève du médical.
Cette éventualité d’un statut médical génèrera des effets collatéraux qui ne doivent pas être un obstacle à cette reconnaissance pour les sages-femmes. Il appartiendra à notre organisation syndicale de les réduire au maximum dans le cadre d’un dialogue social de qualité avec les divers interlocuteurs concernés.

Une prise de contact se fera le 19 novembre avec l’ensemble des acteurs. Les séances de négociations qui suivront devront se faire dans le respect de la loi, c’est-à-dire avec les organisations syndicales représentatives. Ce sera un travail de longue haleine.  En attendant de pouvoir aboutir à cette reconnaissance, il est impératif de revaloriser les grilles des sages-femmes dans le cadre du LMD. C’est ce à quoi s’est employée la CFDT santé sociaux dans la négociation qui s’est ouvert ce 13 novembre dans le cadre de la Fonction publique hospitalière (FPH).

Cette concertation salariale s’est d’ailleurs déroulée en l’absence de Madame la Ministre Marisol TOURAINE. Le projet du gouvernement est une revalorisation pour rattraper les écarts de salaire entre professionnels, liés à l’application du protocole Bachelot. Ce projet se traduit en trois points pour les Sages-femmes de la FPH :

  • Une revalorisation en une seule fois pour gommer le différentiel ;
  • Une revalorisation de l’ensemble de la grille indiciaire ;
  • Une fusion des deux grades en un seul pour les Sages-femmes cliniciennes (les 2 grades Sages-femmes cadres et cadres supérieurs sont maintenus).

La CFDT santé sociaux continue de revendiquer, au minimum, ses propositions d’évolution des grilles et de révision indemnitaire déjà remises au Ministère en 2011. Le projet ci-dessus est loin d’être à la hauteur de nos attentes et ne saurait nous satisfaire. La fédération est dans l’attente d’une nouvelle proposition du gouvernement.

La CFDT santé sociaux refuse d’enfermer ce dossier dans le débat non abouti d’un éventuel statut médical car elle ne veut pas reporter la reconnaissance méritée.

Le communiqué de presse :

fichier pdf communique de presse sages-femmes 13 11 13

 29 octobre 2013 Sages-femmes hospitalières : négociations sur les grilles indiciaires

Les discussions sur l’évolution du statut des Sages-femmes piétinent depuis longtemps. La Fédération CFDT santé sociaux a d’emblée, après l’accord Bachelot, exigé des négociations pour revoir les carrières et les rémunérations, au regard de la définition des fonctions. Celles-ci ont évolué vers un net accroissement des responsabilités, sans révision des salaires.

Le ministère considère que la reconnaissance d’un statut de Praticien Hospitalier pour les Sages-femmes n’est pas à l’ordre du jour. Le contexte général contribue sans doute fortement à ce positionnement.

Pour la CFDT santé sociaux la priorité est la revalorisation des grilles indiciaires. Nos revendications :

  • SF clinicienne : Indice Majoré 460 à 820, soit de 2 139€ à 3 796 € ;
  • SF cadre : Indice Majoré 630 à 860, soit de 2 917 € à 3 981 € ;
  • SF cadre sup : Indice Majoré 732 à 914, soit de 3 389 € à 4232 €.

Après nos multiples interventions et dans le respect des engagements pris avant l’été vis-à-vis de notre organisation syndicale, une réunion de négociation est prévue à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) le 13 novembre prochain

Le communiqué de presse :

fichier pdf 16-102913-cdp-cfdt_sante_sociaux

Un tableau comparatif, élaboré avec le Groupe Fédéral Sages-Femmes, entre le statut de la Fonction Publique Hospitalière et celui de Praticien Hospitalier, ainsi que nos commentaires. Ce document doit vous permettre d’échanger avec les sages-femmes de votre établissement et d’éclairer leurs questionnements. Faites-nous remonter vos observations. Le 13 novembre aura lieu une réunion à la DGOS. La CFDT négociera sur la base des revendications que vous aviez reçues depuis 2011

14 Juin 2013 tableau quel avenir pour les sages-femmes, avec quel statut ?

fichier doc sages_femmes_tableau_14juin2013

Dossier documents sages-femmes :

fichier zip dossier_documentspdf_sages_femmes_131030A

 

CFDT Santé Sociaux – 9 place de la Gare de l’Etat – CP n° 9 – 44276 NANTES cedex 2

telephone_011 Tel. 02.51.83.29.17 – Fax 02.51.83.29.18

email : syndicat-44nantes@sante-sociaux.cfdt.fr

 

Publié dans Sages-femmes | Pas de Commentaire »

Pharmacie – Laboratoire…

Posté par Laurent le 7 octobre 2013

Article mis à jour le 02/12/2015

******************************************************************************************************************************

Les salariés des laboratoires de biologie médicale de nouveau pris en otage

Pour 2014, après une longue et complexe négociation, les salariés des laboratoires de biologie médicale se sont vus octroyés difficilement une augmentation salariale de 1% prenant effet seulement le 1er décembre 2014 avec obligation à la revoyure en juin 2015 pour revoir les salaires.

Dix mois plus tard, les chambres patronales refusent toujours toute augmentation salariale pour des raisons économiques (baisse d’activité), des problèmes de tutelle (convention tripartite), ou l’arrivée de nouvelles technologies (comme les nouveaux tests rapides d’orientation diagnostique pour le HIV).

De plus la CFDT est en attente de la finalisation de la classification, mais ce travail complexe peut encore prendre de longs mois.

Pour la CFDT santé sociaux, les raisons évoquées par les chambres patronales sont inadmissibles. Nous ne pouvons accepter que l’année 2015 soit une année blanche pour les salariés des laboratoires.

Le pouvoir d’achat des salariés des laboratoires de biologie médicale n’arrête pas de baisser avec en plus un tassement de la grille salariale. Et ceci malgré l’effort constant de ceux-ci pour s’adapter aux restructurations et regroupements (les entreprises des LBM sont passées de 4 000 à moins de 1000 depuis 2012).

Mais n’oublions pas que les LBM bénéficient des allègements de la loi Fillon : réduction des cotisations patronales sur tous les salaires inférieurs  à 1,6 fois le SMIC (et cela concerne plus de 80% des salariés des laboratoires), du CICE (6% de la masse salariale brute récupérés  par les employeurs) et sur lequel  ceux-ci restent discrets voire même muets  quant à leur utilisation.

Arrêtons de nous précariser et agissons dans nos entreprises et au niveau national pour peser dans le choix et les enjeux salariaux.

La CFDT santé sociaux veillera à rester proche des salariés dont elle défend les intérêts en soutenant un dialogue social dynamique et constructif. Elle continuera de revendiquer des hausses de salaires décentes et régulières.   

******************************************************************************************************************************

03/12/2013 La CPNEFP des pharmacies d’officine poursuit son travail sur les diplômes de préparateur en pharmacie.
Si nous participons à la réflexion, néanmoins nos points de vue sont divergents.
Vous trouverez ci-joint un compte-rendu sur notre positionnement, la mise au point sur un article de presse et les grands éléments d’une rencontre entre cette CPNEFP et un représentant du Ministère de l’enseignement.
Nous vous invitons à diffuser largement ce document vers les professionnels concernés.

fichier pdf cr_positionnement_cpnefp_pharmacie_officine_131203A

30/09/2013 : Tract Préparateurs en pharmacie : Pour la différenciation des diplômes

fichier pdf Préparateur en pharmacie -Communiqué 03 oct 2013

28/09/2013 : Groupe de travail de la commission paritaire pour l’emploi et la formation professionnelle des pharmacies d’officine

fichier doc prepa_pharmacie_cpnefp28aout13_131003A

 

CFDT Santé Sociaux – 9 place de la Gare de l’Etat – CP n° 9 – 44276 NANTES cedex 2

telephone_011 Tel. 02.51.83.29.17 – Fax 02.51.83.29.18

email : syndicat-44nantes@sante-sociaux.cfdt.fr

 

 

Publié dans Pharmacie - Laboratoire... | Pas de Commentaire »

Professions sociales

Posté par Laurent le 7 octobre 2013

Article mis à jour le 07/10/2013

01/10/2013 Tract : Ce que porte et revendique la CFDT Santé-Sociaux

fichier pdf profession_tract_professionssociales_131007A

 

CFDT Santé Sociaux – 9 place de la Gare de l’Etat – CP n° 9 – 44276 NANTES cedex 2

telephone_011 Tel. 02.51.83.29.17 – Fax 02.51.83.29.18

email : syndicat-44nantes@sante-sociaux.cfdt.fr

 

 

Publié dans Professions Sociales | Pas de Commentaire »

Masseurs kinésithérapeutes

Posté par Laurent le 7 octobre 2013

Article mis à jour le  11/09/2017

******************************************************************************************************************************

Masseurs Kinésithérapeutes : réunion du comité de suivi du 4 juillet 2017

Le compte rendu CFDT de la réunion qui s’est tenue au ministère de la Santé le

4 Juillet 2017, en rapport avec les Masseurs kinésithérapeutes.

fichier pdf mk_crendu_comite_407_170727A

******************************************************************************************************************************

Reclassement indiciaire des masseurs-kiné de la FPH : coup de poignard en plein été !

Faisant le constat d’une désaffection grave des masseurs-kinésithérapeute de la fonction publique hospitalière, le
précédent gouvernement a mis en place un groupe de travail courant 2016 afin d’améliorer l’attractivité de la filière de rééducation. Faute d’ambition et de volonté politique, ces concertations n’ont pas abouti.
En effet, la principale mesure proposée, consistait en un reclassement indiciaire, insuffisant au regard du niveau de formation, d’autonomie et de responsabilité des kinésithérapeutes. Une proposition de texte de reclassement a ainsi été unanimement rejetée par deux fois lors des Conseils Supérieurs de la Fonction Publique Hospitalière en mars 2017.
Les kinésithérapeutes et les orthophonistes se sont également déclarés opposés à ce projet présenté lors de la séance du Haut Conseil des Professions Paramédicales du 20 décembre 2016.                  

Surprise de l’été, en plein mois d’août, le gouvernement d’Edouard Philippe publie ces textes, faisant fi de l’avis défavorable des professionnels. 

Les salaires proposés, assimilables à une grille niveau licence, sont loin des rémunérations pratiquées pour les autres professions de formation d’autonomie et de responsabilité bac +5. De plus, ils ne résoudront en rien le problème d’attractivité et la fidélisation, les salaires proposés étant toujours inférieurs aux rémunérations des masseurs kinésithérapeutes, constatées sur le marché du travail. 

La profession, unie sur cette question, dénonce fermement ce mépris, extrêmement mal vécu par les agents dont l’exercice hospitalier est en tension permanente depuis des années. Les masseurs-kinésithérapeutes de la fonction publique s’investissent sans relâche pour assurer les soins requis par leur patient et la formation des étudiants malgré de nombreux postes vacants. 

Les organisations syndicales et professionnelles de la profession s’adressent à Mme Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé pour exiger une révision urgente de leurs grilles de rémunération, faute de quoi nous nous exposons à une disparition inexorable des soins de rééducation dans les établissements publics de santé. 

Nous rappelons également qu’un « Livre blanc de la profession pour une kinésithérapie performante et moderne dans la fonction publique hospitalière » a été rendu public au mois de mai. Il doit servir de base de travail pour enfin avancer sur cette grave désaffection dont les patients sont les premières victimes. 

*******************************************************************************************************************************

Le diplôme d’état de kinésithérapeute est reconnu Bac +5 (02 juin 2017)

Le Bulletin Officiel du 15 mai 2017 a validé la reconnaissance du Diplôme d’État de kinésithérapeute au niveau 1 du Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP). Autrement dit, notre diplôme se place désormais au même niveau que les ingénieurs, les cadres de santé et les infirmiers spécialisés au niveau « bac +5 et plus »

Les organisations représentant la profession de kinésithérapeute prennent acte de cette décision qui reconnaît la kinésithérapie à sa juste valeur : une profession experte, indépendante et autonome dans le champ de la rééducation. Le passage au niveau 1 du RNCP ouvre la porte à une plus grande mobilité internationale des kinésithérapeutes, et facilitera également l’accès au doctorat. 

Cette annonce est le fruit d’un travail de plus de 10 ans de l’ensemble des organisations représentant la profession (syndicats, associations, étudiants, ordre) pour aboutir à une réforme ambitieuse de la formation initiale. 

Les organisations signataires attendent désormais une traduction conventionnelle par la revalorisation financière tant dans les établissements de santé qu’en exercice libéral.

La CFDT Santé Sociaux se félicite de cette reconnaissance. Cette reconnaissance devra maintenant se traduire par une revalorisation salariale des MK que nous ne manquerons pas de revendiquer.

********************************************************************************************************************************

Kinésithérapie en péril

Le gouvernement saura-t-il écouter le cri d’alerte de la profession ?

Les établissements de santé souffrent depuis des années d’un manque dramatique de masseurs-kinésithérapeutes. En 25 ans, la moitié d’entre eux a délaissé les hôpitaux publics. Les rares centres hospitaliers disposant d’un plein effectif ont recours à des efforts budgétaires conséquents,  à de l’intérim ou à des kinésithérapeutes étrangers. Plus grave, des postes vacants sont pourvus  par d’autres professions qui parfois sont hors du champ des professions de santé réglementées et pratiquent illégalement la masso-kinésithérapie.

En cause, le délaissement total des masseurs-kinésithérapeutes hospitaliers et médico-sociaux tant publics que privés par l’Etat : les grilles de rémunération obsolètes sont en total décalage avec la réalité du marché du travail et avec le niveau de formation et de responsabilité des kinésithérapeutes. 

Pourtant, les kinésithérapeutes salariés ont un rôle crucial dans nos établissements de santé. Ils sont garants de l’évaluation, du maintien ou de la restauration, des capacités physiologiques, gestuelles et fonctionnelles concourant à l’état de santé et à l’autonomie des patients. La présence des kinésithérapeutes est essentielle au bon fonctionnement des services, notamment en réanimation, en chirurgie, en médecine, en rééducation et SSR, en gérontologie ou en pédiatrie.

Dans les faits les kinésithérapeutes salariés :

- sont rémunérés en début de carrière à hauteur de 1,05 SMIC ;

- n’ont pas ou peu de perspectives de carrière ;

- souffrent d’un sous-effectif chronique et croissant, les obligeant à ne répondre qu’à l’urgence du moment avec un impact délétère pour la qualité des soins et la satisfaction au travail ;

- sont de plus en plus en difficulté pour assurer la formation des étudiants, qui éprouvent de plus en plus de difficultés à trouver des lieux de stage en établissements de santé;

- ne peuvent dégager de temps pour contribuer efficacement aux protocoles de recherche, et d’amélioration des pratiques ;

- sont confrontés à des rigidités organisationnelles ou statutaires de moins en moins compatibles avec leurs attentes professionnelles…

Dénonçant avec force et conviction cette situation, qui, compte tenu de la vacance de nombreux postes de kinésithérapeutes dans les établissements,  remet en cause l’égalité à l’accès aux soins sur l’ensemble des territoires, la profession unie et les organisations signataires demandent à Madame la Ministre :

- La réalisation d’une enquête ou d’un rapport IGAS sur les besoins en kinésithérapie dans les structures de soins, et la place des masseurs-kinésithérapeutes  dans le parcours de santé ;

- L’ouverture immédiate de réflexions sur les missions, rôles, carrières et sur les organisations de soins des kinésithérapeutes hospitaliers ;

- L’ouverture rapide, dans tous les secteurs, de négociations pour une revalorisation et une refonte des grilles salariales des kinésithérapeutes.

fichier pdf 112415_kinesitherapie_en_peril    

******************************************************************************************************************************

Masseurs kinésithérapeutes : intégration officielle dans le LMD

La CFDT Santé Sociaux y a travaillé, les textes (décret et arrêtés faire des liens) sur l’intégration officielle du diplôme de masseur kinésithérapeute dans le L, M, D viennent enfin de paraître. Une étape importante de la réingénierie du diplôme est donc officialisée. 

Attendue depuis plusieurs années la réingénierie de la formation de masseur kinésithérapeute a été l’objet de nombre de remous en 2014 et 2015. 

Pendant toute la durée des travaux la CFDT Santé Sociaux a œuvré pour que tant les contenus que les textes évoluent. Si nous n’avons pas obtenu l’intégralité de nos demandes, en particulier sur la reconnaissance de la durée intégrale de la formation, des évolutions  conséquentes, dont nous pouvons nous féliciter, ont néanmoins été prises en compte sur :

- La durée de la formation initiale ;

- Son contenu ;

- Son organisation ; 

- Les premiers éléments relatifs à la recherche ;

- La reconnaissance avec l’octroi de 240 ECTS.

C’est donc avec plaisir que nous vous informons de la parution d’un décret et d’un arrêté qui officialisent ces évolutions. Ils ont été publiés au Journal officiel du 4 septembre 2015. JORF n°0204 du 4 septembre 2015 page 15584 texte n° 17.

Arrêté du 2 septembre 2015 relatif au diplôme d’Etat de masseur-kinésithérapeute NOR : AFSH1516238A 

L’intégration de la formation dans le  L, M, D, est spécifiée dans l’article premier de l’arrêté ainsi que l’obligation pour les instituts de formation de passer convention avec l’université. 

L’article 2 précise l’entrée en vigueur de cette réforme dès 2015. 

Les directions des Instituts de formation en masso-kinésithérapie IFMK  conservent leurs prérogatives pédagogiques. Elles :

- Fixent la répartition des périodes d’enseignement théorique et pratiques (stages). 

- Agréent chaque année les lieux de stage tant en France qu’à l’étranger. 

Répartition de la formation 

• 1980 heures de formation théorique et pratique dont 895 heures de cours magistraux et 1 085 heures de travaux dirigés ; 

• 1 470 heures de formation à la pratique masso-kinésithérapique ;

• 3 220 heures de travail personnel complémentaires ;

• 6 670 heures de charge de travail pour les étudiants.

La formation est organisée en 2 cycles de 4 semestres chacun. Elle est répartie sur 4 années, précise l’article 3.

- Le premier cycle porte sur les enseignements scientifiques, méthodologiques et professionnels ;

- Le second porte plus sur le développement des compétences théoriques et pratiques.

Le jury final décernera le diplôme d’État aux étudiants candidats ayant obtenu 240 ECTS. 

Sont évoquées dans l’arrêté les annexes détaillant les référentiels d’activités et de compétences, la maquette de formation, les unités d’enseignement ainsi que portfolio. Ces annexes seront publiées ultérieurement au Bulletin officiel.

Ces évolutions sont conséquentes.

Ce n’est cependant, pour la CFDT Santé Sociaux, qu’une étape d’autres évolutions devant encore être poursuivies au fil du temps dont :

- La reconnaissance des 5 années de formation (l’année préalable imposée n’étant pas encore prise en compte) et avec cette reconnaissance l’octroi d’un grade Master plein et entier ;

- L’intégration universitaire des IFMK dès lors que tous les instituts de formation auront contractualisés avec les universités ;

- Le développement et la reconnaissance de la recherche en kinésithérapie que l’intégration du système universitaire devrait favoriser via la création d’une discipline universitaire de rééducation ou spécifique de kinésithérapie. 

******************************************************************************************************************************

07/02/2014 Masseurs kinésithérapeutes : la CFDT poursuit le travail

La CFDT santé sociaux, en partenariat avec ALIZE, a poursuivi le travail sur les référentiels de masseurs kinésithérapeutes.

Nous avons fait le choix de travailler à partir de la modélisation connue et attendue par le Ministère de la Santé. Il lui sera ainsi plus aisé de comprendre notre revendication de positionnement en Master. Ce travail se base sur ce qui avait été élaboré par le groupe de réingénierie, maintenant suspendu.

Cette démarche et cette modélisation sont une proposition ouverte à toutes les organisations syndicales et professionnelles leur permettant de compléter et améliorer ce document, dans des délais rapides, avant son envoi vers le ministère de la santé et celui de l’enseignement supérieur. Et ceci dans le but de s’approprier ces éléments afin d’en débattre lors de notre prochaine rencontre.

Nous avons à coeur la poursuite du travail commun. Nonobstant, nous considérons que la présentation d’un projet commun, si nous voulons qu’il aboutisse positivement, méritait :

  • d’y consacrer le temps nécessaire,
  • de reprendre la modélisation ministérielle,
  • de mettre en évidence de réelles compétences de niveau Master.

La CFDT s’engage pour chacun et agit pour tous 

Capture plein écran 27022014 092827.bmp

30/10/2013 le compte-rendu de la réunion du groupe de pilotage sur la réingénierie du diplôme de Masseur-Kinésithérapeute. Elle s’est tenue le 15 octobre au soir au Ministère de la Santé. Réunion plus que décevante comme vous pourrez le constater à la lecture de ce compte-rendu, que nous vous invitons à diffuser vers les professionnels en exercice, les formateurs et étudiants. Cordiales salutations. Nicole PERUEZ – Secrétaire Fédérale

fichier doc professions_crendu_masseur_kinesitherapeute_131030A

24/10/2013 Nous vous adressons le dossier concourant à la compréhension du positionnement fédéral sur le dossier relatif au diplôme de Masseur-Kinésithérapeute, pour lequel nous revendiquons, une fois sa réingénierie finalisée, l’attribution du grade Master 2. Nous vous invitons à en faire une très large diffusion vers les enseignants des instituts de formation en masso-kinésithérapie, les professionnels en activités et les étudiants. Cordiales salutations. Nicole PERUEZ- Secrétaire Fédérale.

fichier doc masseurs_kinesitherapeutes_analyse_reingenierie_131024A

Masseurs kinésithérapeutes dans Kinésithérapeute capture-plein-ecran-31102013-193942.bmp-215x300

1/10/2013 Tract :

fichier pdf profession_tract_mk_131007A

 

CFDT Santé Sociaux – 9 place de la Gare de l’Etat – CP n° 9 – 44276 NANTES cedex 2

telephone_011 Tel. 02.51.83.29.17 – Fax 02.51.83.29.18

email : syndicat-44nantes@sante-sociaux.cfdt.fr

Publié dans Kinésithérapeute | Pas de Commentaire »

Psychologue

Posté par Laurent le 23 septembre 2013

Article mis à jour le 03/02/2016

******************************************************************************************************************************

Groupe fédéral des psychologues : Compte rendu de la réunion du 19 janvier 2016

Le compte rendu CFDT de la réunion du 19 janvier 2016 du Groupe fédéral des psychologues.

Comme l’a souhaité le groupe nous attirons l’attention des UPR sur le projet territorial de santé et la place des psychologues dans ce projet et plus spécifiquement dans le cadre de la politique de santé mentale.

Bonne lecture à tous et merci de largement diffuser vers les professionnels.

fichier pdf cr_psycho_janvier_160127A

Loi Santé

fichier pdf Sondage_Instance_professionnelle1

******************************************************************************************************************************

Psychologues : acteurs de la politique de Santé

Les diverses prises de contact et échanges avec, tour à tour, les sénateurs et députés portent leurs fruits. 

L’adoption dans un premier temps de l’article 26 bis B par les députés stipule que le projet d’établissement des établissements de santé comportera un projet psychologique.

C’est maintenant l’adoption de l’article 13 du projet de loi de modernisation de notre système de santé par les parlementaires qui réécrit l’article L.3221-1. Cette réécriture instaure une réelle avancée en terme de reconnaissance et de positionnement des psychologues. C’est une avancée notable dans la mesure où les psychologues sont enfin reconnus dans le Code de la Santé Publique en qualité d’acteurs de la politique de santé.

Que dit le nouvel article du CSP ?  « La politique de santé mentale comprend des actions de prévention, de diagnostic, de soins, de réadaptation et de réinsertion sociale. Elle est mise en œuvre par des acteurs diversifiés intervenant dans ces domaines, notamment les établissements de santé autorisés en psychiatrie, les médecins libéraux, les psychologues et l’ensemble des acteurs de la prévention, du logement, de l’hébergement et de l’insertion. »

Dorénavant, comme et avec tous les acteurs cités à l’article L.3221-1, les psychologues concourront  à l’élaboration et à la mise en œuvre des projets territoriaux de santé mentale. Projets dont le thème central est l’amélioration ininterrompue de l’accès des patients à des parcours de santé et de vie de qualité, sécurisés et sans ruptures. 

Par ces articles, c’est la hauteur et la qualité de l’engagement  des psychologues auprès des patients, des équipes et dans établissements qui sont reconnus. 

**********************************************************************************************************************************

Psychologues : groupe de travail fédéral du 8 octobre 2015

Le groupe de travail fédéral des psychologues s’est réuni le 8 octobre 2015.

Vous trouverez ci-joint, l’état de son travail que nous vous invitons à diffuser vers les équipes et professionnels de terrain.

fichier pdf cr_psychologues_com_gdtvers_equipes151019A

***************************************************************************************************************************************************

Reconnaissance des psychologues

Au motif que « le code de la santé publique ne reconnaît pas les professionnels de la psychologie » les sénateurs ont adopté un amendement supprimant le « projet psychologique des établissements de santé » de la Loi de santé. 

Le Code de la santé publique ne fait pas non plus référence aux patients consultant les psychologues, ni à l’article 44 de la loi n° 85-772 du 25 juillet 1985 définissant le titre de psychologue, ni aux 55 000 praticiens psychologues inscrits sur le répertoire Adeli… Et pourtant ils existent. 

Cet amendement fait injure  à la profession, aux praticiens qui exercent dans tous les champs de la santé publique : soins somatiques, obstétrique, gériatrie, santé mentale, santé au travail, médico-social, éducation, justice, etc., et plus encore une insulte à tous ceux qui les consultent et toutes les structures publiques ou privées. 

La Fédération CFDT santé sociaux appelle de ses vœux le rétablissement des dispositions initiales par les sénateurs. Afin d’enfin reconnaître les psychologues, nous invitons députés et sénateurs à même aller plus loin en dotant la profession d’une instance d’adossement, non ordinale, de type haut conseil des psychologues et d’un code de déontologie juridiquement opposable pour :

- Fixer des règles de déontologie communes, quel que soit le champ d’exercice, et apporter une garantie de rigueur dans l’intérêt du public.

- Faciliter  la vie des professionnels en précisant  leur identité professionnelle et leur périmètre de responsabilité

******************************************************************************************************************************

Psychologues : face aux appels à la grève, des modes d’action CFDT différenciés

La Fédération CFDT santé sociaux ne participera pas à la grève du 19 juin. 

Pour autant notre Fédération agit et continuera de le faire Pour et avec les psychologues :

- En occupant tant que possible l’espace médiatique pour le sensibiliser aux revendications des professionnels ;

- En rédigeant un courrier à L’attention de Mme TOURAINE ;

- En adressant la plateforme élaborée par les professionnels au ministère et à la presse ;

- En médiatisant nos revendications sur les réseaux sociaux.

Ce que porte et revendique la CFDT santé sociaux. Axes transversaux pour tous les psychologues : 

- Ouvrir sur une évolution de responsabilité fonctionnelle avec possibilité d’accès sur des postes à responsabilité ou de gestion de structure.

- Maintenir impérativement au bénéfice de tous les psychologues une fonction et un temps de formation-information et recherche.

- Redonner une réelle place à la prise en charge à la dimension psychologique dans les Lois tant antérieures (HPST) que celles à venir relative à la santé publique. 

- Ouvrir, comme le préconise le rapport Robillard, l’accès aux psychologues en premier recours.

- Rénover le code de déontologie avec une structure d’adossement, non ordinale, type haut conseil.

- Revisiter la formation initiale et proposer son repositionnement en troisième cycle, 

- Instaurer une modélisation européenne différente de celle proposée par certains groupements, dont EUROPSY. 

Axes spécifiques pour les psychologues de la Fonction Publique Hospitalière : 

- Parvenir à de réels engagements ministériels avec des accords signés, opposables et le respect des engagements pris.

- Engager une rénovation de grille salariale, laquelle, malgré les effets d’annonce, n’a pas évolué depuis les années 90. Grille linéaire et mettant à l’irrationalité des promotions. Grille alignée sur celle des professeurs agrégés.

- Faire appliquer la loi «Accès à l’emploi titulaire» visant la résorption de la précarité des psychologues contractuels et une amélioration de leurs conditions de travail.

- Eviter la reconstitution, comme le font déjà nombres d’établissements, d’une cohorte de psychologues contractuels non éligibles à la loi ANT. 

19/06/2014 PSYCHOLOGUES : Modèle de courrier type

Vous avez reçu un dossier relatif au dossier des psychologues avec :
– Tract intersyndical,
- Modèle de courrier à Mme la Ministre,
- Modèle de courrier aux députe(e)s, sénatrices et sénateurs,
- Liste actualisée des députe(e)s, sénatrices et sénateurs.
La demande à tous les syndicats :
- de s’engager dans la démarche,
- de transmettre ce dossier très largement vers les équipes de terrains de tous les secteurs, tant public que privé, sans oublier le social, médicosocial et maintien à domicile.
En complément, vous trouverez en attachement le modèle de la plateforme revendicative à adresser avec vos mails.

fichier doc Adresses courriels ministérielles

fichier pdf Alternative grève aux équipes

fichier pdf Communiqué de presse n° 9 du 28 05 14

fichier pdf Communiqué de presse n° 11 du 14 06 14

fichier pdf Courrier à Marisol TOURAINE – Psychologues

fichier doc Modèle type mail pour envoi au Ministère

fichier pdf dossier_psychologues_modele_plateforme_revendicative_140619A

06/02/2014  le compte rendu du groupe de travail du 6 février, que nous vous invitons à faire suivre rapidement auprès des sections et des professionnel(le)s afin qu’ils disposent des informations et puissent nous répondre. Cordiales salutations. Nicole PERUEZ – Secrétaire Fédérale.

fichier zip groupe_psychologues_crendu_60214_avenant_140213A

15/10/2013 le compte rendu de la réunion du 11/10/2013 relative au suivi de l’expérimentation de l’institutionnalisation des collèges de psychologues. Nous vous invitons à la diffuser largement vers les professionnels concernés tant du secteur public que du privé. Cordiales salutations. Nicole PERUEZ – Secrétaire Fédérale.

fichier doc professions_crendu_psychologues_131030A

27/09/2013 : Formation des Psychologues : gratification des stagiaires. Vous trouverez ci-joint la demande intersyndicale de RDV aux Ministères concernés sur les problématiques liées à l’accueil des stagiaires et de l’indemnisation des stages. Nous vous invitons à largement diffuser le document tant vers les professionnels que les étudiants et stagiaires en psychologie:

fichier pdf metiers_tract_formation_psychologues_130925A

10/09/2013 : Le groupe fédéral de travail des psychologues s’est tenu ce 10 septembre. Il a établi les bases d’un argumentaire revendicatif pour les psychologues.
Au regard de cet argumentaire il considère inopportun de s’engager dans un mouvement de grève intersyndical. Pour ses membres une grève n’a d’utilité qu’en aval de demandes et si celles-ci n’aboutissent pas sans fondement et non en amont sans avoir énoncé clairement aux Ministères concernés ce que nous souhaitons.
Nous vous invitons à diffuser cet avis et le communiqué vers les équipes locales.

Le tract :

fichier pdf psychologues_tract260913_130917A

 

CFDT Santé Sociaux – 9 place de la Gare de l’Etat – CP n° 9 – 44276 NANTES cedex 2

Psychologue dans Psychologue telephone_011 Tel. 02.51.83.29.17 – Fax 02.51.83.29.18

email : syndicat-44nantes@sante-sociaux.cfdt.fr

 

Publié dans Psychologue | 1 Commentaire »

Aide-soignant, Auxiliaire de puériculture

Posté par Laurent le 23 septembre 2013

Article mis à jour le 13/05/2016

******************************************************************************************************************************

Aides-soignant(e)s – Auxiliaires de Puériculture – Réingénierie des diplômes

Le travail sur le dossier AS et AP se poursuit. Vous trouverez ci-joint, le compte-rendu de la séance du 15 avril 2016.
fichier pdf cr_asap_15avr2016_160422A

*****************************************************************************************************************************

Aide Soignant(e), Auxiliaires de puériculture. Réingénierie : Compte rendu du groupe de travail mini

Le compte rendu CFDT de la réunion ministérielle du 18 janvier sur la réingénierie des diplômes AS et AP.

Le travail est à poursuivre, nous ne manquerons pas de vous tenir informés. En attendant n’hésitez pas à diffuser vers les professionnels.

fichier pdf auxiliaire_puericultrice_cr_18janvier_160129A

*******************************************************************************************************************************

Aide-soignant/Auxiliaire de puériculture : le groupe de travail ministériel est lancé

Après le travail de 18 mois du groupe AS de la Fédération CFDT santé sociaux, suite à nos nombreuses interpellations, la DGOS a réuni le 26 mai, différents acteurs pour travailler sur la réingénierie du diplôme. 

Pour la Fédération CFDT santé sociaux, il s’agit de démontrer combien le travail des aides-soignants et des auxiliaires de puériculture, à travers les actes effectués et les compétences acquises, ne relève plus d’un niveau V mais au minimum d’un niveau IV. Une fois cette étape franchie, à partir des éléments que nous aurons mis en exergue, nous pourrons revendiquer les réformes statutaires et conventionnelles. 

En réclamant d’emblée une réforme statutaire, certaines organisations syndicales présentes montrent le peu d’intérêt qu’elles portent aux fonctions AS et AP. Elles se positionnent uniquement dans une optique de surenchère. 

La prochaine réunion de travail aura lieu le 2 juillet. La délégation CFDT est représentée par deux aides-soignants

*****************************************************************************************************

Les aides-soignants trouvent facilement un emploi malgré l’augmentation du nombre de diplômés

Dans le dernier numéro de sa collection « Études et résultats« , la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et statistiques (Drees) présente un bilan plutôt positif de l’emploi des
aides-soignants. Tous les indicateurs publiés semblent en effet favorables à la profession qui apparaît donc très attractive.

Tout d’abord, selon l’enquête de 2012 auprès des établissements de formation sont « dénombrés environ 25 400 inscrits, soit plus du double qu’en 2000« , note la Drees. Les taux d’obtention du diplôme de chaque promotion se révèlent élevés, atteignant près de 90% depuis 2008. Dans cette étude, une distinction est faite entre les diplômés « primo-sortants » — entrés en formation d’aide-soignant dans la foulée de leurs études —, et les « post-initiaux » qui avaient précédemment interrompu leur scolarité pour travailler.

Concernant l’accès au premier emploi, il est dans les deux cas qualifié de « rapide » malgré l’augmentation du nombre de nouveaux diplômés sur douze ans. À l’issue de leur formation, les aides-soignants trouvent très majoritairement — entre 80 et 85% — leur premier emploi en moins d’un mois.  Léger bémol : si la période de recherche du premier poste est courte, il s’agit dans 65% des cas de contrats temporaires (contrats à durée déterminée, stages, intérim, contrats aidés…). Paradoxalement trois ans après, 70% ont conservé le même poste depuis leur sortie de formation et 95% (primo-sortants ou post-initiaux) occupent un emploi. Des résultats qui font dire à la Drees que ce sont des emplois stables même si les aides-soignants ont éventuellement enchaîné plusieurs
contrats.

Par ailleurs, la Drees estime à 1 550 euros environ par mois (en euros constants) le salaire net en équivalent temps plein. Elle ajoute que par rapport aux autres salariés ayant des niveaux de
diplômes équivalents (soit le niveau 5 correspondant à un CAP ou un BEP), ce montant est plus élevé.

En conclusion, la Drees indique que les aides-soignants des promotions 2001, 2004 et 2007 sont moins de 10% à déclarer rechercher un autre emploi au moment de l’enquête contre un peu plus de 20% pour les autres diplômés de niveau équivalent comme par exemple les aides médico-psychologiques (AMP).

Hopimedia du 7/7/2015

************************************************************************************************************

Aide-soignant : le groupe de travail ministériel, enfin !

Lors de la bilatérale du 31 mars 2015 au ministère, et suite à nos nombreuses interpellations, la CFDT santé sociaux s’est vue confirmer la mise en place du groupe de travail Aide-soignant.

La DGOS a bien pris connaissance du dossier CFDT et a salué la qualité de celui-ci. Elle a affirmé sa volonté d’avancer.

La première rencontre aura lieu le 26 mai 2015, suivi, dans un premier temps, de 4 réunions programmées avant fin juin. 

16/01/2014 Aide soignant(e) : CAFAS, DPAS, DEAS

Capture plein écran 05022014 092648.bmp

Un titre qui évolue mais un référentiel métier obsolète ! La dénomination de notre diplôme change au fil du temps mais notre référentiel métier n’a guère évolué !                  

Pour autant la profession d’Aide-Soignant(e) ne cesse de se transformer. Conditions d’exercice, délégations de certaines tâches – jamais officialisées-, prise en charge des patients, réalisation, au quotidien d’actes certes délégués mais sans réelle présence infirmière au regard de l’amplitude de prise en charge dans nombre de structures, nouveau matériel, etc…

Pour que cela change, la Fédération CFDT Santé Sociaux à mis en place, depuis un an, un groupe de travail.

En 2013 nous avons rénové notre référentiel d’activités au regard du travail réellement effectué par une très large majorité de professionnels, celui des compétences est quasiment finalisé. Sur 2014 nous le finaliserons et nous envisageons, en collaboration avec des formateurs, de faire évoluer celui de la formation.

Au terme de ces travaux nous élaborerons notre plateforme revendicative pour la profession et la transmettrons au Ministère avec les documents réalisés afin de parvenir à une reconnaissance de la profession et à sa valorisation.

Si comme nous vous souhaitez une meilleure reconnaissance du métier d’Aide-Soignant(e)

Contactez-nous !    

fichier pdf 011514-communique_cfdt_sante_sociaux 

as

13/11/2013 Après avoir stabilisé la version du référentiel d’activités, le groupe aides soignant(e)s fédéral s’est engagé lors des deux dernières réunions de travail sur la construction du référentiel de compétences. La première version non stabilisée met en évidence qu’à l’instar des activités, les compétences de l’aide-soignant(e)s sont aussi méconnues.

Les aides-soignants(e)s, toujours plus nombreux, se disent satisfaits du travail engagé par la CFDT santé sociaux. Des groupes régionaux, départementaux voire locaux se sont mis progressivement en place pour s’approprier le contenu et contribuer à sa construction. Des contributions émanant de ces différents groupes sont venues compléter le travail fédéral sur le référentiel d’activités. La même démarche s’engage pour le référentiel de compétences.

La première version ainsi que le référentiel d’activité version stabilisée viennent d’être envoyées aux différents interlocuteurs ministériels. Le travail continue avec la certitude désormais que ce métier n’a pas la reconnaissance qu’il mérite.

Bonjour, Lors de la réunion du 5 novembre 2013, le groupe fédéral des aides-soignants a finalisé une version provisoire dite V0 de son Référentiel de compétences. Il envisage de travailler éventuellement une compétence complémentaire.

Les unions professionnelles régionales, syndicats, groupes de travail locaux, voire sections sont invités à se saisir du document pour :

-          apporter des modifications ou compléments argumentés,

-          valider ou invalider des éléments du document, en argumentant les invalidations.

Afin de favoriser la lisibilité du document nous vous demandons de faire apparaitre vos modifications ou arguments en couleur (autre qu’orange, bleu, noir) ou en les surlignant.

Pour contribuer à ce travail, vous disposer d’un délai de trois mois. L’ensemble de vos arguments et propositions doit être adressé à : nperuez@sante-sociaux.cfdt.fr AU PLUS TARD LE 15 JANVIER 2014.

Le groupe fédéral étudiera vos propositions lors de sa rencontre de février.

En vous remerciant de vos contributions, Cordiales salutations.

Nicole PERUEZ, Secrétaire fédérale.

Vous souhaitez participer à ce travail et vous désirez recevoir le document de travail (référentiel de compétences), merci d’en faire la demande au syndicat Santé-Sociaux Nantes et région ou de le télécharger sur l’extranet de la fédération

Le 30/10/2013 la version 2 du référentiel d’activités des aides-soignants a été finalisée par le groupe de travail fédéral. Elle a été validée par notre conseil fédéral d’octobre. Vous la trouverez ci-jointe, pour diffusion auprès des professionnels. Bonne lecture et cordiales salutations. Nicole PERUEZ – Secrétaire Fédérale.

fichier pdf aides_soignants_referentiel_version2_131030A

Aide-soignant, Auxiliaire de puériculture dans aide-soignant(e) et auxiliaire de puériculture capture-plein-ecran-31102013-184242.bmp-216x300

Le 14/10/2013 : Activités méconnues, compétences sous estimées :

fichier doc aides_soignants_communique_131016A

fichier pdf aides_soignants_tract_131016A

le 23/09/2013 : Aide soignant - se faire reconnaitre ! Etat des travaux – Premiers effets et suite des travaux :

fichier doc as_crendu_tract_130923A

Le tract :

fichier pdf as_tract_130923A

CFDT Santé Sociaux – 9 place de la Gare de l’Etat – CP n° 9 – 44276 NANTES cedex 2

telephone_011 Tel. 02.51.83.29.17 – Fax 02.51.83.29.18

email : syndicat-44nantes@sante-sociaux.cfdt.fr

 

Publié dans aide-soignant(e) et auxiliaire de puériculture | Pas de Commentaire »

 

Sweeneyccml |
Guillermoodap |
Lomenews |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Username23368
| Username16373
| Username16441