SD St Nazaire (44)

Article mis à jour le 21/03/2018

                     DSC_0008_01

********************************************************************************************************************************************************************************

Capture plein écran 21032018 101011.bmp

Capture plein écran 21032018 101049.bmp

Capture plein écran 21032018 101109.bmp

44 Saint Nazaire 15 mars 2018

Témoignages sonores :

·  EHPAD de Quiétus La Baule de 15h à 16h

Quiétus

·  CH St-Nazaire EHPAD le Ponant  13h30 à 15h ( + MAD)

CH St Nazaire

CH st-Naz

·  EHPAD de Bouvron 14h 15h (+ EHPAD de Campbon)

EHPAD Bouvron EHPAD Bouvron1

·  St Gildas des Bois RDV au parking du covoiturage de la Piscine de Pontchâteau 14h (plusieurs EHPAD se rejoignent pour une marche)

·  CH de Savenay 13h30 15h30 ( avec présence des retraités CFDT + tractage la veille au marché  ) 

CH Savenay

·  Camille Claudel  Trignac14h à 15h 

camille Claudel2

·  Résidence cote d’amour Pornichet 11h à 12h

·  HIPR Bourneuf en retz 14h 15h30

·  Korian Le Pouliguen Grève « Japonaise » dans l’établissement

korian1

korian4

Photos du mouvement de la grève nationale dans les EHPAD et BMAD (Public / privé) 30 janvier 2018

44 Saint Nazaire

mer et pin

savenay-cinquante-personnes-devant-l-ehpad-de-l-hopital

****************************************************************************************************************************

 St Nazaire plus de 2500 manifestants

IMG_20171010_103104_01

20171010_105852_01 IMG_20171010_105959_01 IMG_20171010_111318_01

LE MARDI 10 OCTOBRE, SOYONS NOMBREUX EN GREVE ET DANS LA RUE POUR EXIGER LA RECONNAISSANCE DES SERVICES PUBLICS ET DES SES AGENTS

A 10hoo, Place de la gare à St Nazaire

fichier pdf FONCTION PUBLIQUE – 10 oct 17

**************************************************************************************************************************************

Capture plein écran 13102017 112840.bmp

a1

a2

a1

a2

a1

a2

*********************************************************************************************************************************

7 mars 2017 – Préavis de grève CFDT Santé-Sociaux

Préavis de grève déposé par la Fédération ainsi qu’un tract appelant tous les salariés et agents des services de santé, sociaux et médico-sociaux à se mobiliser le 7 mars prochain pour se faire entendre.

Saint Nazaire rejoindra NANTES (Place du Bouffay de 10h à 14h Nantes avec un pique-nique(chacun amène son propre pique-nique)

Solange Huguet secrétaire du syndicat

sn1

sn2

fichier pdf rassemblement STOP à la souffrance au travail mars 2017

fichier pdf Tract santé – 7 mars 2017 fichier pdf 2017-17 NC – Ministère AS et Santé – Préavis de grève 7 mars 2017

******************************************************************************************************************************

Congrès du syndicat le 22 novembre 2016

Article Presse Océan du 24 novembre 2016

Capture plein écran 03012017 103027.bmp

Capture plein écran 03012017 103033.bmp

Article Ouest France du 23 novembre 2016

CFDT santé : trop de précarité et pénibilité

na05_4811699_2

La dégradation des conditions de travail est le principal combat à mener, a insisté le syndicat, lors du congrès départemental.

Quatre années se sont écoulées depuis le dernier congrès départemental. Et pour la CFDT santé sociaux 44 qui a réuni, hier, à Saint-Nazaire, les représentants syndicaux des 63 établissements hospitaliers qu’il représente, la situation s’est dégradée depuis 2012.

« La précarité est de plus en plus forte, les temps partiels non-choisis se sont largement étendus, notamment dans les établissements associatifs », souligne Solange Huguet, secrétaire départementale du syndicat. En maison de retraite et maintien à domicile, « près de 85 % des contrats sont à temps partiel. Les salariés n’ont pas d’autre choix. »

Autre point noir soulevé lors du congrès: les Groupements hospitaliers territoriaux (GHT). Installée l’année dernière, cette réforme met sous la coupe d’un établissement, en l’occurrence le CHU de Nantes pour la Loire-Atlantique, tous les autres établissements hospitaliers du territoire. « Or, les GHT transfèrent les malades en soins de suite dans des établissements loin de chez eux, réduisant les visites de leur famille. » Une recherche de « rentabilité des lits » dont souffriraient tant les patients que le personnel, selon le syndicat.

Valorisant son image à travers l’annulation obtenue d’un article de la loi Vieillissement « qui prévoyait la possibilité de travailler six jours sur sept et 24 heures sur 24 sans interruption à domicile », la CFDT santé sociaux promet de continuer à dénoncer les décisions abusives « mettant à mal les conditions de travail des salariés ».

Votée à 100 %, la résolution pour la défense des conditions de travail, soumise lors du congrès, doit aussi permettre au syndicat « d’intervenir au sein des structures et de développer la proximité avec les salariés. » Notamment en organisant des élections professionnelles et en démarchant le personnel pour stopper le « mal-être institutionnel » qui se développe dans la fonction publique hospitalière.

Baptiste GOURET.

20161122_113137

IMG_20161122_143131

*********************************************************************************************************************************************

Bonjour,

Vous trouverez ci-joint le protocole de sortie de grève et le communiqué de presse pour la Clinique « mutualiste » de l’Estuaire

fichier pdf communiqué de presse 20160629

fichier pdf 20160630110028015

*************************************************************************************************************************************************

Clinique mutualiste : les débrayages se poursuivent (Ouest France numérique du 29/06/2016)

Depuis une semaine, les salariés de la clinique mutualiste de l’Estuaire sont en mouvement social. Chaque jour, une rencontre a lieu avec la direction concernant le volet rémunération.

Au vu du blocage existant, l’équipe de négociation a proposé 3,5 % d’augmentation, modulée en fonction des coefficients, et une enveloppe de 200 000 €. La proposition de la direction était mercredi de 0 % d’augmentation et 130 000 € d’enveloppe « prime », hors médecins et direction.

L’équipe négociation de la CFDT « refuse cette dernière proposition et maintient sa demande initiale ». 167 des 169 votants ont répondu oui à la poursuite de la grève.

Communiqué de presse Du 28/06/2016

Bonjour,

Ce jour nous avons effectué un vote auprès des salariés avec pour question :

« Pour ou contre continuer la grève ? »

169 votants

167 pour, soient 98.8%

2 contre, soient 1.2%

0 abstention, soit 0%

Une rencontre avec la direction concernant le volet rémunération a eu lieu hier à 15h30 et une autre ce jour à 16h :

Pour rappel notre demande initiale était à hauteur de 5.5% d’augmentation et une enveloppe « prime » à hauteur de 300 000 euros et nous sommes ce jour à notre 5ème jour de grève

L’équipe de négociation a proposé au vu du blocage existant 3.5% d’augmentation modulée en fonction des coefficients et une enveloppe « prime » de 200 000 euros

La proposition de la direction hier était de 0% d’augmentation, 100 000 euros d’enveloppe « prime » ainsi qu’une proposition de réviser l’accord d’intéressement en faveur des salariés

La proposition de la direction aujourd’hui est de 0% d’augmentation, 130 000 euros d’enveloppe « prime » hors médecins et direction au lieu de 100 000 euros pour tous la veille ainsi qu’une proposition de réviser l’accord d’intéressement en faveur des salariés et l’étalement de l’imputation des heures de grèves.

L’équipe de négociation CFDT est consciente du soutien apporté par les salariés, a donc refusé la dernière proposition et revient sur sa demande de 3.5% d’augmentation modulée en fonction des coefficients ainsi que l’enveloppe « prime » de 200 000 euros.

La prochaine rencontre avec la direction est demain à 11h et à l’issue de celle-ci une consultation avec vote à bulletin secret sera organisée auprès des salariés.

LE BECHEC Clément DS CFDT

20160628_124014 20160628_124037 20160628_132420 20160628_132422

Article de L’écho de la presqu’île du 27.06.2016

Clinique de l’estuaire : Les grévistes reçus à la sous-préfecture.

La grève qui avait été suspendue ce week-end a repris ce matin. Une délégation a été reçue par la sous-préfète.

« La rencontre s’est très bien déroulée et il devrait en découler une rencontre avec l’ARS. La mobilisation la semaine dernière depuis mercredi était autour de 90% et devrait rester la même pour aujourd’hui et les suivants. » souligne Clément Le Bechec Délégué CFDT.

Il y aurait eu quelques avancées, seulement la question des salaires n’a pas de réponse satisfaisante.

Capture plein écran 28062016 165538.bmp

Depuis 00 h 01 ce mercredi, tous les services de la clinique mutualiste sont en grève ou en débrayage ponctuel. Les salariés réclament une hausse des rémunérations et une baisse de la charge de travail. Le mouvement veut s’installer dans la durée.

Ils ne sont pas contents, les 462 salariés de la clinique mutualiste de l’Estuaire ! 90% d’entre eux sont en grève depuis ce mercredi, de manière directe ou indirecte. Un mouvement reconductible lancé par la CFDT pour protester contre des moyens trop faibles alors que l’activité explose. 

Plus d’une centaine d’aides-soignants, infirmiers et même médecins sont présents depuis le milieu de matinée dans le hall de l’hôpital.  

Les salariés sont arrêtés ou débrayent à tour de rôle. Plusieurs médecins (sur une cinquantaine) refusent de facturer leur consultation aux patients.

saint-nazaire-90-de-grevistes-la-clinique-de-lestuaire-photos

saint-nazaire-90-de-grevistes-la-clinique-de-lestuaire-photos_0

saint-nazaire-90-de-grevistes-la-clinique-de-lestuaire-photos_2

Article de L’écho de la presqu’île du 24.06.2016

Clinique de l’estuaire : reprise de la grève lundi

Si elle est suspendue ce week-end, la grève reprend lundi à la clinique de l’estuaire de la Cité sanitaire. Salaires, conditions de travail, effectifs, pour les employés la coupe est pleine. Le mouvement, très suivie, du médecin à la secrétaire médicale, a débuté mercredi à l’appel de la CFDT. Des avancées auraient été actées mais ça coince sur les rémunérations. D’où la poursuite de la grève.             

Capture plein écran 24062016 182947.bmp

na50_4674254_2

Bonjour à tous

La Clinique de l’Estuaire (le côté privé de la Cité Sanitaire) fait une action Grève/Débrayage depuis ce matin.

Les revendications : blocage des salaires depuis 6 ans (l’établissement st sur la CC51 FEHAP), conditions de travail désastreuses dû au fait de suppressions de postes et en + en septembre création d’un nouveau service sans rajout de moyens humains…

90% des salariés sont en grève, mais du fait que cet établissement est de « droit public » il y a assignation du personnel. ce matin environ 100 personnes étaient dans l’entrée de la Cité Sanitaire pour faire entendre leurs revendications.

La direction a reçu la délégation CFDT à 15h pour élaborer un planning de rencontre pour les négociations : 4 RDV que pour la journée de demain 23/06!!

Clément et ses collègues élus ont déjà rencontrer la direction 4 fois depuis le dépôt du préavis le 16/06…

La grève à commencée aujourd’hui car aucune négociation n’a aboutie!

Celle-ci reprend donc demain matin mais des débrayages ont lieu régulièrement cet après-midi, cette nuit et demain.

@ bientôt,

Solange HUGUET, Secrétaire Départementale du Syndicat 44 Saint-Nazaire

Capture plein écran 23062016 093544.bmp

Article saintnazaire-infos.fr du 22.06.2016

Saint-Nazaire : Grève à la clinique mutualiste de l’estuaire

Depuis ce matin, les salariés de la clinique mutualiste de l’estuaire sont en mouvement social. Ce mouvement se manifeste par des grèves et des débrayages et est reconductible de façon illimité.
saint-nazaire---greve-a-la-clinique-mutualiste-de-l-estuaire--6419

Durant le préavis de 5 jours 4 rencontres ont eu lieu avec la direction qui n’ont pas permis d’aboutir.

« Ce matin à 11h nous étions à plus de 90% de grévistes/débrayages et ce dans toutes les catégories professionnelles sachant qu’il y a 462 etp sur la clinique.

Les secrétaires se sont mises en grèves sur tous les étages avec un taux de participation de presque 100%.

Le mouvement est également très suivi par les Agents Services Hospitaliers, les agents du bio nettoyage, les agents des services administratifs, les aides-soignantes, les infirmières, les infirmières de bloc opératoire, les infirmières anesthésistes, les préparatrices en pharmacie, les agents du service technique, les cadres soignants et administratifs, les manipulatrices en radiothérapie.

Certains médecins se sont également associé au mouvement soit en faisant grève soit en proposant des consultations gratuites. » Souligne Clément Le Bechec délégué CFDT.

Les revendications portent sur les salaires bloqués depuis 6 ans, l’absence de prime pour augmentation d’activité, le manque d’effectifs la nuit, maintien de 2 AS en chirurgie, la mise en place d’un vrai protocole d’accueil des patients entrants par les urgences pour ne prise en charge de qualité.

Un rassemblement a lieu demain à 9h30 dans le hall de la cité sanitaire pour faire un point sur la situation.

Capture plein écran 23062016 095101.bmp

Capture plein écran 23062016 095107.bmp

fichier pdf Grève illimitée

Capture plein écran 23062016 095529.bmp

Capture plein écran 23062016 095531.bmp

fichier pdf affiche grève

Capture plein écran 23062016 100000.bmp

la-clinique-de-lestuaire-en-greve-reconductible

Les salariés de la structure privée mutualiste veulent notamment de meilleures conditions de travail. Ils sont en grève illimitée depuis ce matin 00 h 01.

Dans le grand bâtiment de la Cité sanitaire, les salariés de l’hôpital ne sont pas les seuls à râler contre leurs conditions de travail et leur rémunération. « Nous déclenchons à partir de ce mercredi 0 h, une grève et des débrayages reconductibles, a annoncé hier Clément Le Bechec, délégué syndical CFDT de la Clinique mutualiste de l’Estuaire (CLME). Le mouvement s’annonce très suivi dans beaucoup de services. »
La clinique, c’est 462 salariés dont près de 70 personnes en CDD. C’est aussi quatre services principaux : l’oncologie (cancers), les soins de suite et de rééducation, la chirurgie (digestive et urologie) et le bloc opératoire partagé avec l’hôpital public.
« On n’en peut plus »
Pourquoi ce soudain mouvement de grève ? « Parce qu’on n’en peut plus, explique une salariée. Il y a une énorme surcharge de travail. Seule l’occupation des lits est prise en compte par la direction, et non le degré d’autonomie ni la pathologie des patients. »
S’y ajoutent des rémunérations gelées alors que l’activité augmente : + 8 % en 2014 et + 3,6 % en 2015. « La direction ne tient pas ses engagements, reprend l’élu CFDT. Elle avait annoncé la création de deux demi-postes pour les prélèvements (analyse médicale), mais ne parle plus aujourd’hui que d’un seul. »
Autre point de blocage pour les salariés : l’ouverture à la rentrée d’une nouvelle unité de médecine de 12 lits qui doit se faire « sans moyens humains supplémentaires. »
La colère gronde. Lors d’une assemblée générale jeudi 9 juin, 100 salariés ont voté « pour un mouvement social qui durera tant que la direction refusera de discuter sérieusement. » Les patients sont prévenus.
« C’est dommage d’en arriver là, admet Clément Le Bechec. Cela va générer du retard dans les rendez-vous. »
Yann Béchu, le directeur de l’établissement est « conscient des efforts demandés à tous », mais rappelle « le déficit structurel » de la clinique. Déficit en 2015 puis en 2016 qui sont notamment liés à la « raréfaction des ressources de l’Assurance maladie. »
Le dirigeant se veut positif quand même : « On va dans le bon sens. La clinique optimise ses ressources et se prépare au vieillissement de la population. Nous avons pour cela la qualité nécessaire dans la prise en charge et l’offre de santé. »
Et la charge de travail ? « On peut mieux articuler les organisations, convient-il. Nous renforçons aussi les efforts quand l’activité excède la normale mais il y a une pénurie de personnel soignant. »

Article Ouest France numérique du 22.06.2016

Les salariés de la structure privée dénoncent leurs conditions de travail. Beaucoup seront en grève illimitée demain matin à partir de 00 h 01. Des retards sont prévisibles dans les rendez-vous.

« Nous déclenchons à partir de demain mercredi, 00 h 01, une grève et des débrayages reconductibles, informe Clément Le Bechec, délégué syndical CFDT de la Clinique mutualiste de l’Estuaire (CLME). Le mouvement s’annonce très suivi dans beaucoup de services. »
Pourquoi ce mouvement soudain ? « Rémunérations, conditions de travail, promesses non tenues de la direction, répondent des salariés. On n’en peut plus »
La clinique, c’est 462 salariés dont près de 70 personnes en CDD. C’est aussi quatre services principaux : l’oncologie (cancers), les soins de suite et de rééducation, la chirurgie (digestive et urologie) et le bloc opératoire partagé avec l’hôpital public.

Article Ouest France numérique du 21.06.2016

******************************************************************************************************************************

BIOLAM en Grève !!!

Salut,

Dernières nouvelles de BIOLAM !

Les salariés ont voté la reprise ce matin du travail après la signature du procès verbal de fin de conflit . ils ont obtenu 5.80% brut en moyenne d’augmentation au 01/07/2016 pour tous sauf les 13 salariés au plus bas salaires qui bénéficieront d’une augmentation de 10% brut. A cela s’ajoute une prime de fin d’année de 500€.

Ce conflit a été résolu grâce à  NOTRE Jean-François CHAPEAU ( tant pis pour vous on le garde !)  qui, encore une fois a fait des miracles !!

Les salariés ont repris le travail la tête haute et fiers de leur action.

Pour rappel nous avons fait une caisse de solidarité en soutien aux salariés nous la laissons en place jusqu’à vendredi.

Merci à tous ceux qui ont participé physiquement ou par l’intermédiaire de mail  à cette action.

Cordialement, Solange HUGUET, Secrétaire Générale du syndicat

IMG_20160607_131701_1

Article Ouest France du 09 06 2016

Un médiateur de la CFDT a été mandaté pour négocier avec la direction de l’établissement de laboratoires d’analyses médicales. Il a permis de donner une issue au conflit.

La grève a pris fin ce jeudi 9 juin au matin, aux laboratoires de biologie médicale Biolam, de Saint-Nazaire. La majorité des salariés avait cessé le travail le 31 mai pour faire entendre leurs revendications.

Mercredi 8 juin, à 19 h, un accord a finalement été trouvé entre les grévistes et la direction, jusqu’alors fermée au dialogue. Jean-François Chapeau, médiateur à la CFDT, est intervenu. Les salariés ont obtenu une prime de fin d’année de 500 €, une augmentation de salaire de 5,8 %, 10 % pour les 13 salaires les moins élevés et une prise en charge à 60 % du ticket restaurant par l’entreprise. « Les salariés sont très contents de la négociation, ils commençaient à arriver à bout », note une déléguée CFDT.

par Ouest France

Capture plein écran 09062016 191348.bmp

Article Ouest France du 07 06 2016

Capture plein écran 08062016 085308.bmp

IMG_20160603_082403

na50_4649687_2

Article Ouest France 04.06.2016

Capture plein écran 04062016 090930.bmp

Article Ouest France du 03.06.2016

Capture plein écran 04062016 084220.bmp

Capture plein écran 04062016 084223.bmp

Article Presse Océan et Ouest France du 02.06.2016

Capture plein écran 04062016 083711.bmp

Capture plein écran 04062016 083701.bmp

Capture plein écran 04062016 085149.bmp

Capture plein écran 04062016 085153.bmp

RCA la radio

14529

Les salariés des laboratoires Biolam ont débrayé ce mercredi matin. L’intersyndicale CGT, FO, CFDT demande des négociations salariales.

A Saint-Nazaire, les salariés des laboratoires Biolam sont en grève depuis ce mercredi matin. Ces laboratoires d’analyse médicale regroupent trois sites à Saint-Nazaire, et d’autres à Pontchâteau, Savenay, Guérande et Pornichet. En tout, ce sont près de 70 personnes qui y travaillent, tous métiers confondus.  

80 % du personnel est en grève. En cause : le manque de dialogue avec la direction qui ne propose pas d’augmentation de salaire pour 2016 : « L’année dernière déjà, les salariés avaient obtenu une revalorisation de 0,3 %, ce qui est nettement insuffisant par rapport au travail fourni. Cette année, on nous propose 0 % d’augmentation », explique une salariée de l’intersyndicale FO, CGT et CFDT. Les trois syndicats demandent également plus d’embauches pour pallier au travail en flux tendu des laborantins, secrétaires médicales et autres corps de métiers employés à Biolam.

Ce mercredi matin, les salariés grévistes ont défilé dans la zone commerciale de Trignac où se trouve l’un des sites Biolam. Ils devraient refaire une marche dans l’après-midi. La grève est annoncée comme illimitée, jusqu’à ce que la direction accepte de négocier.

******************************************************************************************************************************************

Article Ouest France du 1er décembre 2015

c1

c2

c3

*******************************************************************************************************************************

44 Saint-Nazaire… Presse Océan du23/09/2015

Capture plein écran 04102015 185050.bmp

Capture plein écran 04102015 185056.bmp

**********************************************************************************************************************************

Finance Le CH de Saint-Nazaire réduit son déficit à 1,3 M€, inquiètude pour les effectifs     
Publié le 16/03/15 – 15h09 - HOSPIMEDIA

                      

En 2014, le CH de Saint-Nazaire a ramené son déficit à 0,6% du budget, soit 1,3 M€. Suivi par le Copermo, l’hôpital élabore actuellement un contrat de retour à l’équilibre avec l’ARS Pays de la Loire… rédigé sur le dos des personnels, s’emporte le syndicat FO, qui pointe quelque 80 suppressions de postes sur 2014-2015.   

Deux ans et demi après son installation dans la cité sanitaire construite par le biais d’un bail emphytéotique hospitalier (BEH) de trente-cinq ans cogéré avec la Clinique mutualiste de l’Estuaire, le CH de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) a achevé son exercice budgétaire 2014 sur un déficit de 1,3 million d’euros (M€), soit 0,6% du budget, précise l’établissement par communiqué, ajoutant que ce résultat « intègre une perte exceptionnelle liée à la sortie d’actif de son ancien site hospitalier » du Moulin-du-Pré. Au passage, le déficit structurel devrait être ramené sous les 2 M€ en 2015 contre une estimation proche des 7 M€ jusqu’en 2013. Suivi depuis début 2014 par le Comité interministériel de performance et de la modernisation de l’offre de soins hospitaliers (Copermo), l’hôpital indique avoir supprimé 50 postes en 2014 dans le cadre de son plan de redressement financier et qu’une quinzaine suivront encore cette année. Autres éléments explicatifs de ce redressement budgétaire, « une dynamique croissance de l’activité ambulatoire (+18%) combinée à une plus grande maîtrise de la valorisation de l’activité sur la facturation« . Par conséquent, soutient l’établissement, « le loyer du BEH (16 M€ en 2015), dont la moitié est financée par une aide financière de l’ARS Pays de la Loire, n’apparait pas comme un facteur générateur de déficit au regard du coût qui aurait dû être supporté par l’établissement dans le cas d’une procédure classique« .

Réorganisation des hôpitaux de jour

Pour mener à bien son prochain retour à l’équilibre, le CH de Saint-Nazaire met en avant son projet médical 2015-2019, adopté il y a quelques mois et son nouveau projet d’établissement en cours d’élaboration. Les axes stratégiques mis en avant retiennent la « reconquête de parts de marché« , une meilleure coordination avec les acteurs libéraux et établissements médico-sociaux environnants, une plus forte spécialisation médicale allant de pair avec une approche globale du parcours patient, un nouveau modèle de gouvernance au sein des pôles pour pousser aux alternatives à l’hospitalisation complète, etc. « En centrant les organisations sur le parcours de soins, cette évolution conduira l’établissement vers un nouveau schéma capacitaire correspondant à de nouvelles modalités de prise en charge« , souligne l’hôpital, indiquant qu’un projet de réorganisation complet des hôpitaux de jour de médecine est actuellement mené. « Il pose la prise en charge ambulatoire en médecine comme l’organisation centrale restructurant progressivement l’ensemble de l’établissement« .

Une « vente à perte » de l’ancien hôpital

En revanche, l’optimisme affiché par la direction n’est guère partagé par le syndicat FO. Reprenant par communiqué les constatations de la chambre régionale des comptes (CRC) des Pays de la Loire il indique : « La situation financière du CH est marquée au cours de la période (2008–2012) par un déficit persistant ; son creusement en 2010 a donné lieu à un contrat de retour à l’équilibre financier mais ce sont surtout des aides supplémentaires qui ont permis d’améliorer le résultat. Bien que l’autofinancement se soit maintenu, il est loin d’avoir suffi au besoin de financement et l’endettement s’est donc sensiblement accru » (lire l’encadré). En outre, le syndicat rappelle que le bilan 2014 est quelque peu masqué par l’aide de 1,1 M€ accordée par l’ARS pour compenser « la vente à perte«  de l’ancien hôpital du Moulin-du-Pré, racheté en décembre par la communauté d’agglomération pour 4 M€ alors qu’il restait 5,5 M€ d’emprunt à l’hôpital. Et le syndicat de s’interroger : « Combien de postes la direction va-t-elle devoir encore supprimer ?« . Et ce d’autant que pour 2015, en plus des quinze suppressions de postes avancées par la direction, FO en ajoute seize supplémentaires par la centralisation des quatre unités de vie pour personnes âgées sur le nouvel Ehpad du Ponant (139 lits), en cours d’ouverture. Or, depuis l’entrée dans la cité sanitaire, le syndicat rappelle n’avoir de cesse de réclamer des effectifs supplémentaires pour pallier la dégradation des conditions de travail.

La chambre régionale des comptes pointe l’effet néfaste du BEH

Dans son rapport d »observations définitives sur le CH de Saint-Nazaire rendu public début mars, la chambre régionale des comptes (CRC) des Pays de la Loire s’inquiète notamment du loyer du BEH, lequel demeure « une charge lourde » et dont la montée en charge « ne peut que conduire à une aggravation du déficit et à une disparition rapide du fonds de roulement« . En outre, au coût de l’investissement et de son financement s’ajoute l’impact d’ »un relatif surdimensionnement » sur les coûts d’entretien, note la chambre. Sur les 18,7 M€ annuels du loyer du BEH, 70% sont à la charge du CH de Saint-Nazaire, les 30% restant échoient à la Clinique mutualiste de l’Estuaire et, ce, conformément au prorata des surfaces respectivement occupées par chacun des deux membres dans la cité sanitaire.

Thomas Quéguiner
******************************************************************************************************************************

Réunion de la Commission Exécutive du Syndicat Santé-Sociaux St Nazaire, Solange, Gildas, Michel, Isabelle, Véronique…

DSC_0009_01 DSC_0010_01

*************************************************************************************************************************************************

Saint-Nazaire Laurent Berger revient sur ses premières terres syndicales
photo-1414515722-300337
Le secrétaire général de la CFDT a visité hier matin la Cité Sanitaire qu’il ne connaissait pas encore. Laurent Berger a en effet quitté Saint-Nazaire avant le fin de la construction de cet équipement. Il a rencontré les militants CFDT de l’hôpital et de la clinique mutualiste et dénonce les problèmes d’organisation et la diminution des moyens dans les établissements de santé.

Presse Ocean le 29/10/2014

Laisser un commentaire

 

Sweeneyccml |
Guillermoodap |
Lomenews |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Username23368
| Username16373
| Username16441